Cameroun: Arrestation de Maurice Kamto Voici comment les policiers et gendarmes se déchirent

0
1474

La probable arrestation de Maurice Kamto provoque un début de tension au sein des forces de l’ordre.

Depuis la nuit du 21 septembre, le domicile du leader du MRC gardé par un important dispositif militaire. Le déploiement de ce dispositif militaire la veille d’une grande manifestation organisée par Maurcice Kamto vise à terme à arrêter l’opposant.

Seulement, en plaçant des hommes devant la maison de l’opposant, les autorités de Yaoundé se sont attirés un nouveau conflit à gérer. « Les policiers et gendarmes se battent pour être affectés chez Kamto pour toucher des primes », révèle le lanceur d’alerte Boris Bertolt. A l’origine de cette guerre interne, la prime promise aux hommes en tenue. Si cette somme n’est pas connue, des sources révèlent qu’il s’agirait d’une somme assez conséquente.

Volume 90%

Imminente arrestation de Maurice Kamto

Annoncée il y a quelques heures par la rédaction de CamerounWeb, l’attaque imminente de la résidence de Maurice Kamto reste d’actualité. Le président du MRC séquestré depuis le 21 septembre par un détachement militaire vient de confirmer le projet d’assaut prévu pour ce lundi. Kamto vient de lancer une alerte à la communité internationale.

« De sources dignes de foi, le gouvernement camerounais aurait décidé de lancer, ce lundi 28 septembre 2020, un « assaut » contre ma résidence où je suis retenu en otage depuis le 20 courant par des forces de sécurité équipées d’un arsenal digne des théâtres de guerre.

Bien qu’ignorant les contours de ce projet « d’assaut », il devrait en toute vraisemblance s’inscrire dans le fil des agissements de M. BIYA qui gouverne depuis quatre décennies par le mépris et la terreur. Aux revendications légitimes des populations exprimées de manière pacifique lors des marches du 22 septembre, le régime a recouru à une violence et à une répression disproportionnée et sans précédent contre des Camerounais aux mains nues, dont plus de 600, illégalement arrêtés et détenus, sont victimes d’actes de torture, de traitements cruels, inhumains et dégradants. Comme à Bamenda en octobre 2016, les appels au dialogue et à la concertation ne reçoivent de la part du régime que terreur et barbarie judiciaire.
Notre heure est sans doute venue de faire une fois de plus face à la violence d’Etat d’un régime suranné. Nous prenons à témoin la communauté nationale et internationale sur les conséquences de cette dérive dictatoriale sans précédent dans l’histoire récente du Cameroun. L’arbitraire et la barbarie ne peuvent avoir raison de la détermination des populations camerounaises à se libérer de la tyrannie.
Copies :
– ONU
– UA
– UE
– Francophonie
– Commonwealth
– CEDEAO
– Etats-Unis
– Grande-Bretagne
– France
– Russie
– Chine
– Allemagne
– Canada
– Italie
– Espagne
– Suisse. »


SOURCE: https://www.w24news.com

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Laisser un commentaire

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]




LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here