Nouvelle sortie fracassante de l’avocat de Kamto sur les personnes arrêtées le 22 septembre Voici les détails

0
43

Dans une lettre adressée aux personnalités du monde, Robert Amsterdam, met à nu la barbarie des forces de l’ordre camerounaises.
Selon le rapport du Collectif des avocats de feu Me Sylvain Souop, un total de 593 personnes a été arrêté lors des marches anti-Biya. Dans les détails, il s’agit de 141 dans la région du Centre, 67 dans la région de l’Ouest, 383 dans la région du Littoral et une dans chacune des régions de l’Est et du Sud.

Plusieurs cadres du parti arrêtés
Pour empêcher les activités politiques du MRC, plusieurs cadres du parti ont été arrêtés ce même jour. Pourtant, ils ne participaient pas activement aux manifestations : Le professeur Alain Fogue, trésorier du MRC, et Olivier Bibou Nissack, porte-parole du professeur Kamto, « ont tous deux été arrêtés et détenus de manière arbitraire. »

Dans une lettre adressée aux personnalités du monde, Robert Amsterdam, l’avocat de Maurice Kamto, dit détenir les preuves de l’innocence de ces personnes.

« Il existe des preuves démontrant l’innocence de la majorité des personnes arrêtées qui étaient des manifestants pacifiques n’ayant pas enfreint la loi, de quelque façon que ce soit. », affirme-t-il.

Le juriste met à nu la barbarie des forces de l’ordre camerounaises. « Des scènes de torture et de traitements dégradants qui mettent votre régime en porte à faux avec la Convention des Nations Unies contre la Torture, ont été observées et filmées. De nombreuses personnes ont été gravement blessées. Les droits fondamentaux des personnes torturées, blessées, arrêtées ou détenues ont été gravement violés. » Soutient l’avocat de Maurice Kamto.

Selon lui, le harcèlement dont fait l’objet les membres du MRC et tous les autres manifestants, pourraient entraîner des sanctions ciblées contre des autorités camerounaises. Ceci en vertu du Global Magnitsky Act des États Unis d’Amérique et du Global Human Rights Sanctions Regulations du Royaume-Uni.

« Les personnes ciblées en République du Cameroun désignées dans le cadre de ces programmes de sanctions pourraient être confrontées à un large éventail de conséquences, notamment le gel de comptes bancaires, la saisie des avoirs détenus à l’étranger et la révocation des visas de voyage pour les personnes désignées et leurs familles. », menace Robert Amsterdam.


SOURCE: https://www.w24news.com

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Laisser un commentaire

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]




LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here