Home Actualité Cameroun Est-ce que Paul Biya peut perdre le « Grand Nord » au Cameroun ?
Actualité Cameroun

Est-ce que Paul Biya peut perdre le « Grand Nord » au Cameroun ?

Un combat politique inégal dans le Grand Nord du Cameroun

Dans la région du Nord, à près de 800 km de Yaoundé, une bataille politique oppose depuis dix ans le maire de Touboro, Célestin Yandal, à Aboubakary Abdoulaye, le lamido de Rey-Bouba et premier vice-président du Sénat. Ce dernier est membre du bureau politique du parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Célestin Yandal, quant à lui, est issu des rangs de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (PNUD), un parti d’opposition.

Le jeune maire de Touboro s’oppose depuis son élection en 2013 au puissant chef traditionnel du Nord, accusé de violations des droits de l’homme. Cette opposition lui a valu plusieurs séjours en prison, mais il reste déterminé à changer les choses. Il ne supporte plus que le Grand Nord soit considéré comme un simple réservoir de voix pour le RDPC lors des élections.

Des engagements pour les droits de l’homme

Célestin Yandal a pris fait et cause pour les personnes qui accusent Aboubakary Abdoulaye de violations des droits de l’homme. Il a ainsi défendu à plusieurs reprises les victimes de ce puissant chef traditionnel. Malgré les pressions et les menaces, il n’a pas renoncé à ses engagements. Il estime que le Grand Nord doit être traité avec respect et considération, et que les droits de ses habitants doivent être protégés.

Un combat pour la démocratie

Au-delà de la rivalité entre deux hommes, le combat de Célestin Yandal est un combat pour la démocratie et les droits de l’homme. Il refuse que le Grand Nord soit considéré comme une simple chasse gardée du RDPC, et veut donner une voix à ceux qui sont opprimés et ignorés. Son engagement est un exemple pour tous ceux qui luttent pour la justice et la liberté dans un pays où ces valeurs sont souvent bafouées.

Mots clés : Cameroun, Grand Nord, politique, droits de l’homme, démocratie, opposition, RDPC, PNUD, Aboubakary Abdoulaye, Célestin Yandal.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Cameroun : Brenda Biya visée par une deuxième plainte, l’étau se resserre

Une nouvelle onde de choc secoue le Cameroun. Comme le révèle 237online.com,...

Cameroun : le flirt controversé avec les universités du Donbass alimente le débat

Une décision audacieuse du gouvernement camerounais vient de mettre le feu au...

Maurice Kamto convoqué à la gendarmerie : que cache cette nouvelle offensive ?

Maurice Kamto Maurice Kamto, principal opposant camerounais, est convoqué à la gendarmerie...

Cameroun : Bamegwou en ébullition, un patrimoine ancestral menacé

Une tempête fait rage au cœur du département de la Menoua, menaçant...

[quads id=1]