Accords Cameroun – Guinée équatoriale: Voici enfin les non-dits révélés par le journal français Le Figaro

    0
    16

    Dans un article publié sur la version en ligne du journal français Le Figaro, nos confrères français se sont intéressés à l’accord que vient de signer le Cameroun et la Guinée Equatoriale. Notre confrère avoue ne pas connaître le contenu de l’accord autour duquel est entretenu un mystérieux silence. Toutefois, le journal révèle que qui a conduit à l’escalade des tentions entre les deux pays au niveau de leurs frontières.

    Ci-dessous, l’article de notre confrère français

    ‘Malabo et Yaoundé, dont les relations s’étaient tendues cette année avec le lancement par la Guinée équatoriale de la construction d’un mur à sa frontière avec le Cameroun, ont signé mardi un accord de coopération en matière de défense et de sécurité transfrontalière. Cet accord a été signé par les ministres de la Défense de ces deux pays d’Afrique centrale à Sipopo, en Guinée équatoriale. Il prévoit «la prohibition de l’usage de la force entre les deux pays et la non-ingérence dans les affaires intérieures de l’autre», selon un communiqué publié après sa signature.

    Ses dispositions exactes n’ont pas été dévoilées par les autorités. Cet accord marque surtout un réchauffement des relations entre les deux pays. «Les nuages qui s’étaient formés progressivement ces derniers mois au niveau de nos deux frontières sont désormais dissipés» a réagi le ministre délégué à la présidence camerounaise chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo. «C’est un pas positif (…) un jour heureux pour nos deux peuples», a renchéri le ministre équatoguinéen Leandro Nkogo Bakale. Depuis juillet 2019, des tensions avaient éclaté entre ces deux pays, lorsque Yaoundé avait accusé la Guinée équatoriale d’avoir commencé à construire un mur à sa frontière, empiétant sur son territoire, ce qu’avait démenti Malabo.

    Il y a quelques mois, la mésentente s’était ravivée avec la construction de miradors au même endroit. Début juillet, une réunion entre les deux ministres avaient déjà eu lieu à Yaoundé, où l’arrêt de la construction de ce mur avait été annoncé, le temps que les deux pays s’accordent sur le tracé de la frontière. L’une des raisons invoquées pour justifier la construction de ce mur est l’immigration clandestine. De nombreux Camerounais tentent leur chance de l’autre côté de la frontière, en Guinée équatoriale, attirés par les opportunités créées par la manne pétrolière dans ce petit pays.

    La zone frontalière de la Guinée équatoriale, du Cameroun et du Gabon, appelée zone des trois frontières, est une plaque tournante pour les échanges commerciaux, mais aussi pour des trafics. Malabo surveille particulièrement cette frontière où une trentaine d’hommes armés avaient été arrêtés fin 2017, accusés d’avoir tenté un coup d’Etat contre le président Teodoro Obiang Nguema’.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here