Découvrez Monique,l’épouse d’un Camerounais, candidate à la présidentielle au Burkina

0
405

Le Burkina Faso aura-t-il une femme chef d’État? Monique Yeli Kam estime que le parti MRB s’est fixé la mission, «la renaissance du Burkina Faso de ses cendres».

Selon elle, les Burkinabè ont la personnalité dont ils ont besoin pour avancer. << Les Burkinabè ont la personnalité qu’il faut pour changer de cap, les Burkinabè ont la femme dont ils ont besoin pour renouer avec la confiance et le leadership dont ils ont besoin pour mettre fin au terrorisme et défendre leurs intérêts au quotidien. Et le décideur dont ils ont besoin pour bâtir une pays, une région économiquement forte ».

Pour rappel, Monique Yeli Kam est la première femme à avoir postulé, depuis le lancement des candidatures. Et c’est le seul record d’une femme qui ait été tenu contre tous les hommes!

«Je suis Yéli Monique Kam, épouse NGANKAM, née le 24 août 1973 à Bobo-Dioulasso, fille de Kam Baga et Kam Yéli. Je suis un djan de l’ethnie Dagara-Lobi de Bougouriba. Mon père est électricien automobile et ma mère est femme au foyer. Sur le plan académique, j’ai obtenu le CEP et suis entré en 6ème à l’école primaire publique Colsama de Bobo-Dioulasso. Ensuite, j’ai fait le premier cycle du 6e au 3e au Lycée Mixte Montaigne à Ouagadougou où j’ai obtenu le BEPC et suis entré en 2e année.

J’ai été orienté vers le Lycée Technique Charles Lavigerie où j’ai obtenu le BAC G1. J’ai obtenu un DUT option Secrétariat à l’IUT de l’Université de Bobo-Dioulasso. Ensuite, j’ai obtenu un DUT option Assurance à l’IBAM, l’Université de Ouagadougou.

J’ai poursuivi mes études et obtenu une licence en Marketing et un Master I&II en Marketing & Stratégie à l’ISPP à Ouagadougou. Professionnellement, je me suis fait les dents dans une société multinationale de courtage en assurances pendant quinze (15) ans. Depuis plus de 10 ans, je suis chef d’entreprise. Initialement en tant qu’entreprise gérant des points de vente sous forme de franchise au profit d’une multinationale. Depuis 3 ans, je dirige ma propre entreprise, une société de courtage d’assurance. « , Elle s’est présentée.

Appolin Aimé Ngankam est d’origine camerounaise et naturalisée burkinabè. Candidat aux élections législatives du 22 novembre 2020 au Burkina Faso. Son rêve est de marquer également l’hémicycle burkinabè du nom de Ngankam pour «refondre le système éducatif burkinabè, pour une économie compétitive et un développement radieux». Il s’est impliqué à travers la CLASSE ELITE de l’Institut Supérieur Privé Technique (ISPP) dont il est le promoteur.

A l’heure où les questions d’autochtonie et d’allogénie sont débattues au Cameroun, ce Camerounais d’origine qui apporte déjà son expertise au développement du Burkina Faso espère développer son pays à travers l’assemblée nationale où il cherchera un mandat sous le dôme de la MRB (Mouvement pour la Renaissance du Burkina Faso)

La candidate Yéli Monique KAM du parti politique (MRB) Mouvement pour la Renaissance du Burkina a également choisi le journaliste camerounais Clarence YONGO comme directeur de la communication pour les élections présidentielles de 2020 au Burkina Faso.

Il faut rappeler que Clarence YONGO n’en est pas à sa première expérience du genre. Elle est la première femme de la sous-région d’Afrique centrale à mener une campagne présidentielle. Elle a été directrice de campagne de Serge Espoir Matomba en 2018, la candidate à travers laquelle elle a révolutionné la communication politique et les opérations de terrain au Cameroun.

Titulaire d’un Master II en Sciences de l’Information et de la Communication, ce Camerounais travaille dans les médias depuis près de vingt ans.


SOURCE: https://www.w24news.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

[comment-form]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]