Airbus va supprimer 15 000 postes, dont 5000 en France, un chiffre « excessif » pour Bercy

    0
    1

    Ces suppressions de postes doivent permettre au groupe de faire face à la crise engendrée par l’épidémie de coronavirus. En réaction, le ministère de l’Économie juge « excessif » le chiffre des suppressions d’emplois.

    Airbus a annoncé mardi soir la réduction de ses effectifs mondiaux de quelque 11%. Environ 5 100 postes seront supprimés en Allemagne, 5 000 en France, 1 700 au Royaume-Uni, 900 en Espagne et 1 300 sur les autres sites du groupe dans le monde.

    Face à la crise due au coronavirus qui l’a durement touché ainsi que l’ensemble de la filière aéronautique, Airbus entend « redimensionner son activité dans l’aviation commerciale ».

    Airbus, qui a baissé en avril de plus d’un tiers ses cadences de production pour faire face à un marché du transport aérien qui s’est effondré, est « confronté à la crise la plus grave que ce secteur ait jamais connue », a déclaré Guillaume Faury, le président exécutif d’Airbus.

    Le ministère de l’Economie a jugé « excessif » mardi le nombre de suppressions d’emplois annoncé. « Nous attendons d’Airbus qu’il utilise pleinement les instruments mis en place par le gouvernement pour réduire le nombre de suppressions d’emplois », a précisé Bercy dans une déclaration.

    « Le secteur de l’aéronautique fait face à un choc massif, brutal et durable. Il est fort probable que la reprise sera progressive. Nous ne l’avons jamais caché. Nous l’avons même anticipé avec la mise en oeuvre d’un plan de 15 milliards d’euros pour soutenir le secteur », poursuit le ministère. « Néanmoins, le chiffre de suppressions d’emplois annoncé par Airbus est excessif », selon la même source.

    « Afin de réduire ce nombre, « nous pensons notamment au Corac pour les ingénieurs et à l’activité partielle de longue durée pour tous les salariés. Airbus doit aussi réduire au maximum les départs contraints », a ajouté Bercy.  Dans le cadre du plan de soutien au secteur, le Conseil pour la recherche aéronautique civile (Corac), s’est vu confier début juin par le gouvernement un budget de 1,5 milliard d’euros pour « parvenir à un avion neutre en carbone en 2035 ».

    Pour la France, le plan devrait être détaillé lors d’un comité de groupe Airbus France jeudi matin à Blagnac, siège de l’avionneur dans la banlieue de Toulouse, selon une source syndicale, pour qui ces chiffres semblent « cohérents » avec la baisse de production annoncée. 

    Depuis plusieurs semaines, Guillaume Faury, le président exécutif du groupe aux 135 000 salariés, dont 81 000 dans sa branche d’avions commerciaux, prévient que la crise engendrée par l’épidémie due au coronavirus met en jeu la « survie d’Airbus ». « L’ampleur de la crise du Covid-19 pour notre secteur impose à Airbus de s’adapter. Cette adaptation signifie en fait une réduction significative du format de notre entreprise. Après des décennies de croissance ininterrompue, c’est une véritable épreuve. Elle nous contraint à des décisions amères », a-t-il écrit dans une lettre aux salariés. 

    Le groupe Airbus compte 49 000 collaborateurs en France, 45 500 en Allemagne, 12 500 en Espagne et 11 000 au Royaume-Uni. Les suppressions de postes concerneraient donc plus de 10% des effectifs totaux. La branche Defense and Space d’Airbus, confrontée à un marché difficile, a déjà annoncé en février un plan de restructuration prévoyant 2 665 suppressions de postes. 


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Abonnez-vous gratuitement et soyez le premier à liker et à partager:

    Je m’abonne gratuitement pour rester informé!!!

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    Laisser un commentaire

    Téléchargez notre application Android



    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here