Bigard contraint de quitter le rassemblement des « gilets jaunes » à Paris

0
4

Société Bigard contraint de quitter le rassemblement des « gilets jaunes » à Paris

MOBILISATION L’humoriste avait annoncé sa présence à Brest, il a finalement été chahuté à Paris

Publié le 12/09/20 à 11h42
— Mis à jour le 12/09/20 à 12h33

Il avait annoncé qu’il ne serait pas parmi les
« gilets jaunes » à Paris ce samedi, Jean-Marie Bigard y a finalement fait une apparition remarquée. Alors que les premiers manifestants se réunissaient place de la Bourse, dans le centre de la capitale, l’humoriste a été conspué par certains d’entre eux.

« Bigard collabo ! » Arrivé sous les huées, il a été contraint de se réfugier dans deux cafés, où il est resté un peu moins d’une heure. « Pendant un moment, les gens ont cru que je les lâchais, ce qui est faux, c’est tout », a-t-il expliqué à la presse, déplorant une « mauvaise interprétation » de ses propos.

Jean-Marie Bigard pris à partie par des manifestants doit quitter la manifestation. Exfiltration en cours. #12septembre #GiletsJaunes pic.twitter.com/yHyWsifrfx

Jean-Marie Bigard s’était désolidarisé vendredi de Jérôme Rodrigues, figure des « gilets jaunes » à l’origine du rassemblement de ce samedi, qui a assimilé les policiers à une « bande de nazis ». « Je dis que non, je ne peux pas samedi défiler aux côtés d’un mec qui traite la police de nazis. Je suis un ami de la police aussi bien que je suis un ami des « gilets jaunes », ça n’est pas du tout contradictoire », avait-il expliqué dans une vidéo.

Après s’être réfugié 45 minutes dans un restaurant, l’humoriste a quitté la manifestation à moto et sous haute protection, a constaté 20 Minutes.

#GiletsJaunes Après avoir été pris à partie, Jean-Marie Bigard s’est réfugié pendant près de 45 minutes dans une pizzeria du 2e près de la Bourse pour finalement prendre la fuite rapidement à moto. Dispositif policier important sur place #Paris pic.twitter.com/NxzCAYsDj6

De source policière, 4.000 à 5.000 manifestants sont attendus à Paris ce samedi, dont 1.000 personnes potentiellement violentes. « Il ne peut y avoir de destructions, de chaos sur les Champs-Elysées », où deux manifestations ont été interdites, a prévenu ce samedi le préfet de police, Didier Lallement.

11/09/20 | SOCIAL

11/09/20 | SOCIAL

11/09/20 | POLICE

11/09/20 | INTERDICTIONS

Choix de consentement © Copyright 20 Minutes – La fréquentation de 20 Minutes est certifiée par l’ACPM


SOURCE: https://www.w24news.com

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]