Cameroun: Découvrez le doutes sur le cursus universitaire du ministre de la Santé

    0
    64

    suites à un avis de recrutement dans les universités d’Etat, le ministre de la santé publique Manaouda Malachie a fait l’objet de candidature. Sauf que le doute qui plane sur ses diplômes ajouté à son âge qui ne lui permet pas un tel recrutement à cette fonction sont deux choses essentielles qui attirent notre attention dans ce dossier dont l’issue nous intéresse.

    Tout d’abord, le ministre de la santé publique Manaouda Malachie dit avoir soutenu sa thèse de Doctorat au Madison International Research Institute (MIRI) aux États-Unis. Or lorsqu’on consulte la liste des universités agréés américaines cette institution ne figure nulle part. Même en faisant la recherche sur Google on y retrouve rien du tout.
    Ça semble quand même problématique de prétendre détenir un doctorat au sein d’une institution dont on a pas prouvé l’existence. L’autre question fondamentale est aussi de savoir dans quelle langue le Minsante a écrit sa thèse? Au vu de ses tweets en anglais on comprend bien qu’il ne parle pas la langue de Shakespeare mais se fait plutôt traduire par google translate. Enfin, s’agit-il d’un doctorat en ligne ou en presentiel? Le principe des formations doctorales aux USA est que le candidat doit passer la phase de l’oral examination et suivre des séminaires et cours au cours des premières sessions. Il sera difficile de croire que le Minsanté ait pu avoir le temps pour se prêter a cet exercice là.

    En outre, son recrutement oppose le doyen Akam Akam au chef de département Pr Ekambi qui apporte les éléments suivants pour expliquer son point de vue :
    1- Manaouda Malachie est âgé de 47 ans, donc de ce fait est inéligible du fait de la limite d’âge dépassée.
    2- Dans son dossier il n’a produit ni DEA, ni Master 2 ou un diplôme équivalent.
    3- l’université dans laquelle il dit avoir soutenu sa thèse n’est pas traçable, on l’indique plutôt en ligne.
    4- il n’est pas venu aux auditions.
    5- il n’a publié aucun article dans aucunes revues.
    Mais malgré ces éléments motivant l’avis du Pr Ekambi de rejeter le dossier du ministre Manaouda, le doyen Akam persiste et signe dans ses manœuvres de vouloir le recruter comme enseignant de Sciences politiques à l’université de Douala.

    Franchement il y a lieu d’attirer l’attention sur ce phénomène qui est loin d’être isolé.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here