Conflit Grèce-Turquie : Athènes annonce l’achat de 18 avions Rafale

0
15

La décision n’a évidemment pas été prise en une semaine. Mais à la lumière des tensions politiques qui animent la Méditerranée orientale, elle prend un relief géopolitique particulier. La Grèce a annoncé samedi son intention d’acheter 18 avions de combat Rafale à la France.

Le Premier ministre grec, dans un discours où il a accusé la Turquie de vouloir nuire à la Grèce, a dévoilé un important programme d’achats d’armes. Kyriakos Mitsotakis a précisé que la Grèce allait se procurer 18 Rafale – dont on ignore encore s’il s’agit d’avions neufs ou réformés de l’aviation française -, quatre frégates et quatre hélicoptères de la marine, des armes antichars, des torpilles et des missiles, et financer la rénovation de quatre frégates. Il a également annoncé son intention de recruter 15 000 soldats supplémentaires.

« L’heure est venue de renforcer nos forces armées […] Il s’agit d’un programme important qui formera un bouclier national », a déclaré le Premier ministre dans un discours à Thessalonique, dans le nord de la Grèce.

Plus de détails sur le coût du programme et l’origine des armements seront annoncés dimanche lors d’une conférence de presse, a indiqué à l’AFP une source gouvernementale. Ce n’est donc pas un hasard si, s’agissant des avions de combat, le Rafale a été mentionné. Cette annonce appuie la proximité avec la France, alors que Paris a affiché un soutien ferme à Athènes dans la bagarre diplomatique qui l’oppose à Ankara.

La ministre française des Armées, Florence Parly, a d’ailleurs confirmé cette annonce : « Ce choix […] vient renforcer le lien entre les forces armées grecques et françaises, et permettra d’intensifier leur coopération opérationnelle et stratégique ». La Grèce achète des avions de Dassault depuis 1974, notamment ses Mirage. « La France poursuit son action en faveur d’une Europe de la défense plus forte, plus autonome et unie, conformément aux orientations stratégiques » du président Emmanuel Macron, ajoute-t-elle dans le communiqué.

Une réponse aux mots très directs du président turc Recep Tayyip Erdogan qui, à la télévision, a lancé : « Monsieur Macron, vous n’avez pas fini d’avoir des ennuis avec moi », s’en prenant pour la première fois nommément à son homologue français.

La Turquie et la Grèce se déchirent à propos de gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale, dans des eaux qu’Athènes estime relever de sa souveraineté. La tension entre les deux pays est montée d’un cran quand la Turquie a envoyé, le 10 août, un navire de prospection sismique accompagné de navires de guerre dans ces eaux, ce qui a poussé Athènes à lancer des manœuvres navales, avec le soutien notamment de la France.

Jeudi, depuis Ajaccio, le président français et ses six homologues du sud de l’UE ont exhorté la Turquie à cesser sa politique de « confrontation » en Méditerranée orientale et l’ont menacée de sanctions européennes si Ankara continuait de contester les droits d’exploration gazière de la Grèce et de Chypre dans la zone. Emmanuel Macron avait ajouté que le gouvernement turc « avait aujourd’hui des comportements inadmissibles » et devait « clarifier ses intentions ». Dans son discours samedi, le président turc a conseillé à la Grèce de « se tenir à l’écart » des actions « erronées » soutenues par des pays comme la France, avant de s’en prendre nommément au chef de l’Etat. « Ne cherchez pas querelle au peuple turc, ne cherchez pas querelle à la Turquie », a-t-il lancé, ajoutant même que Paris « ne pouvait pas donner de leçon d’humanité » à la Turquie en raison de son passé colonial en Algérie et de son rôle dans le génocide de 1994 au Rwanda.

Ce dimanche devrait encore donner lieu à une passe d’armes diplomatiques entre les deux pays. Alors que la présidente de la République hellénique Katerina Sakellaropoulou se rend sur l’île de Kastellorizo, à 2 km des côtes turques, pour commémorer sa libération lors de la Seconde Guerre mondiale, Ankara a annoncé qu’elle conduirait un exercice naval de tir au large de Chypre.



SOURCE: https://www.w24news.com/news/conflit-grece-turquie-athenes-annonce-lachat-de-18-avions-rafale/?remotepost=270367

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]