Coronavirus en Allemagne : le taux de reproduction du virus a grimpé à 2,88 ce dimanche. Est-ce grave ?

0
7

11° /
27°

Toute la météo

Alors que des fêtards n’ont pas respecté les mesures de déconfinement et se sont rassemblés par centaines ce week-end, notamment à Flagey (Ixelles) et Anderlecht, le virologue Emmanuel André, ancien porte-parole francophone Coronavirus, a tweeté son inquiétude.

« Ce n’est pas le moment de faire la fête », a-t-il averti en relayant une dépêche de l’agence Reuters indiquant qu’en Allemagne, le taux de reproduction du virus R était monté jusqu’à 1,79. En fait il, est même monté à 2,88 ce dimanche.

L’Allemagne fait face à un premier signal d’alerte sérieux qui devrait rappeler à tous les pays européens que l’épidémie à COVID-19 profitera de chaque opportunité pour reprendre de sa force. C’est pas le moment de faire la fête… on y perdrait beaucoup! https://t.co/tWkzIRZQnI

Concrètement, il s’agit du nombre de personnes qu’un porteur du virus infecte en moyenne. Donc, avec un R de 2,88, cent infectés en Allemagne infectent à leur tour 288 personnes.

« Il est surtout important qu’il reste en dessous de 1, ce qui signifie qu’une personne ne peut pas contaminer plus d’une seule personne, et que donc l’épidémie est dans une phase d’auto-extinction, avait expliqué Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Coronavirus en Belgique. Plus il sera bas, plus la situation sera favorable. »

En Allemagne, ce taux de reproduction est donc passé dimanche à 2,88, contre déjà 1,79 samedi, a signalé l’institut Robert Koch, l’institut de référence pour la Santé publique en Allemagne. Il était à 1,06 vendredi.

Ce chiffre est basé sur une moyenne de quatre jours. Sur une moyenne de sept jours, plus lissée donc, il est estimé à 2,03, toujours selon les données de l’institut Robert Koch.

Selon cet organisme, ce chiffre est surtout dû à l’éclatement de (gros) foyers locaux, comme dans une usine de transformation de viande Rhénanie du Nord-Westphalie où 1000 cas ont été annoncés ce week-end.

Est-ce grave ? C’est en tout cas à garder à l’œil, selon l’Institut Robert Koch, qui note que ces chiffres doivent être interprétés avec beaucoup de précaution. « Comme le nombre de cas est relativement faible en Allemagne, les flambées locales ont une influence relativement forte sur la valeur du R. Ce chiffre devra être suivi de près ces prochains jours, surtout pour voir si le nombre de cas augmente en dehors des foyers de contamination identifiés ».

En Belgique, le R est également suivi de près. Il est déterminant dans les décisions concernant le déconfinement.

Le taux de reproduction du virus était, pour la période du 12 au 18 juin, de 0,87. Le R était déjà à ce niveau-là lors du calcul précédent du 5 au 11 juin.

L’épidémie est donc bien en régression en Belgique, même si les débordements ce week-end, notamment à Ixelles et Anderlecht, avec des rassemblements de centaines de personnes sans respect des mesures barrière (distanciation sociale, port du masque…), ont éveillé des craintes chez les virologues.

Une erreur inconnue est survenue.

Ce lien d’activation est expiré.



SOURCE: https://www.w24news.com

Abonnez-vous gratuitement et soyez le premier à liker et à partager:

Je m’abonne gratuitement pour rester informé!!!

Votre point de vue compte, donnez votre avis

Laisser un commentaire

Téléchargez notre application Android



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here