COVID-19: des masques potentiellement contaminés en vente au Cameroun (vidéo)

    0
    22

    Plongés dans la peur en raison de la propagation fulgurante du Coronavirus dans leur pays, les Camerounais s’emploient peu à peu à respecter les mesures barrières édictées par les autorités sanitaires. La vente des masques de protection souillés dans les rues et marchés camerounais fera bientôt ses victimes si rien n’est fait.

    Poste Centrale de Yaoundé. Sous un soleil de plomb. Abdel 25, ans sillonne les artères de la ville en hurlant à répétition « Masquons-nous, il y a corona dehors », en brandissant un vingtaine de masques de protection confectionnés à base de tissus. Il est sueur, ses bouts d’étoffes paraissent usés; mais il est confiant de les liquider. Son apparence n’a rien pour rassurer « Il y a un décret qui a du président qui nous a informé que tout le monde doit obligatoirement porter le masque. Je suis sûr et certain que j’aurai des clients. »; ces derniers ne font pas attendre. à bord des taxis, à pied des Camerounais s’arrêtent palpent le masque pour se convaincre qu’ils ont à leur taille avant de lui tendre 300 FCFA, le prix de ces masques en tissus dont il n’est nullement l’artisan. « J’habite le quartier Emana, c’est ma voisine du quartier qui fabrique ces masques dans son atelier de couture non loin d’ici», a expliqué ce jeune citoyen qui n’en n’arbore étonnamment pas uns comme bon nombre de ses clients.

    Franchement les camerounais , je vous laisse . Je suis plus là . Ça me dépasse . Ahahahahaha

    Aussi incroyable que cela peut paraître, les masques sont portés par les potentiels acheteurs avant d’être vendus, s’ils correspondent à leurs attentes. Il peut donc arriver qu’ils se fixent tous les masques sur le visage avant de s’en offrir un ou plusieurs de ces accessoires qu’ils promène à l’air libre. Si le gouvernement a cru bon de rendre obligatoire le port du masque durant les activités du Cameroun, il est regrettable que la noter que la rupture des stocks est réelles dans les pharmacies et que ce n’est que ce n’est que maintenant que le processus de fabrication des masques locaux est mis en route. C’est alors que les Camerounais se retrouvent piégés par des masques bons marchés qui pilulent dans les rues sans aucun contrôle préalable. aucune éducation précise au port du masque , rien n’encadre leur vente; le en somme le chaos

    source:


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here