Emmanuel Macron: «Libanais, vous êtes comme des frères pour les Français»

    0
    29

    Le président de la République est arrivé à Beyrouth ce lundi soir, pour sa seconde visite en moins d’un mois.

    Le président français Emmanuel Macron est arrivé lundi 31 août au soir à Beyrouth pour sa deuxième visite au Liban depuis l’explosion tragique du 4 août. Le président français va tenter de résoudre une crise politique profonde et célébrer le premier centenaire de la proclamation du Grand-Liban.

    L’avion présidentiel, dont les hublots étaient décorés des drapeaux français et libanais, a atterri à l’aéroport de Beyrouth à 21H00 locales (18H00 GMT), a constaté un correspondant de l’AFP. L’appareil est passé devant les 10 Alpha jets de la patrouille de France, qui effectuera une démonstration de vol aux couleurs du drapeau libanais mardi à l’occasion du centenaire de la naissance du Liban dans ses frontières actuelles.

    Accompagné du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et du ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran, Emmanuel Macron a été accueilli sur le tarmac par le chef de l’État libanais, Michel Aoun. «Libanais, vous êtes comme des frères pour les Français. Je vous en ai fait la promesse : je reviens à Beyrouth pour faire le point sur l’aide d’urgence et bâtir avec vous les conditions de la reconstruction et de la stabilité», a écrit sur Twitter le président français à son arrivée dans la capitale libanaise.

    Le président français Emmanuel Macron a appelé à la mise en place d’un «gouvernement de mission» au «plus vite» à son arrivée lundi soir au Liban, quelques heures après la désignation d’un nouveau premier ministre dans ce pays englué dans une profonde crise politique et économique. «J’ai vu qu’un processus s’était enclenché ces dernières heures qui a permis de faire émerger une figure en tant que Premier ministre. Il ne m’appartient ni de l’approuver ni de l’adouber (…) mais de m’assurer que c’est bien un gouvernement de mission qui sera formé au plus vite pour mettre en oeuvre les réformes», a-t-il déclaré. «Ma position est toujours la même, celle de l’exigence sans ingérence», a-t-il ajouté.

    L’objectif de la visite du président français, la deuxième depuis l’explosion tragique du 4 août, est de tenter d’aider à sortir le pays du marasme mais aussi de célébrer le premier centenaire du Grand-Liban, proclamé dans ses frontières actuelles par le général français Henri Gouraud le 1er septembre 1920. «Nous aurons demain l’occasion, pas simplement de commémorer, mais d’essayer d’en tirer toutes les leçons et de nous projeter vers l’avenir», a déclaré Emmanuel Macron. Juste après son arrivée, Emmanuel Macron a retrouvé la chanteuse iconique Fairouz, rare symbole d’unité nationale, dans sa résidence située à Rabieh, en banlieue de Beyrouth. «Non à un gouvernement de dépannage» ou encore «Pas de cabinet par ou avec les meurtriers», pouvait-on lire sur des pancartes brandies par des manifestants qui l’attendaient.

    À l’issue d’une visite de plus d’une heure, le président français a été brièvement à la rencontre d’une foule survoltée. «C’était très beau et très fort. Je lui ai dit tout ce qu’elle représentait pour moi, d’un Liban (…) aimé et rêvé», a-t-il dit au micro d’une télévision locale.

    Quelqu’un a-t-il prévenu Macron que le mandat français au Liban avait pris fin ? il n’a visiblement pas l’air au courant.

    Tous les Libanais ne sont pas mes frères. Je me sens proche d’Amin Maalouf ou, dans un genre très différent, de Carlos Ghosn mais pas du Hezbollah.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here