EN DIRECT – Coronavirus : le port du masque va devenir obligatoire dans tout Paris, annonce Castex

    0
    30

    L’obligation du port du masque en extérieur à Paris, entrée en vigueur dans certaines zones début août et élargie mi-août, va être étendue à l’ensemble de la capitale, a annoncé le Premier ministre Jean Castex. La pandémie de Covid-19 a infecté 24 millions de personnes et provoqué 821.000 décès dans le monde.

    « Pas de quoi s’affoler », mais « quelque chose […] se passe » : la crainte d’une seconde vague de contamination au coronavirus s’épaissit en France, comme l’a confirmé mercredi le Premier ministre, Jean Castex. Près de 5.500 nouveaux cas ont été recensés dans le dernier bilan de Santé publique France, le chiffre quotidien le plus élevé annoncé depuis la mi-avril.

    Dans le reste du monde, la situation inquiète aussi. La Corée du Sud, longtemps présentée comme un modèle dans la lutte contre la Covid-19, a enregistré ce jeudi son bilan journalier le plus élevé depuis six mois. Tandis que l’Inde connaissait, au même moment, un nombre record de cas en une seule journée. A ce jour et depuis son apparition à la fin de l’année dernière, la pandémie a fait plus de 821.000 morts, pour près de 24 millions de contaminations. Mais plus de 15,5 millions de personnes sont désormais considérées comme guéries.

    L’obligation du port du masque en extérieur à Paris, entrée en vigueur dans certaines zones début août et élargie mi-août, va être étendue à l’ensemble de la capitale, a annoncé le Premier ministre Jean Castex, lors d’une conférence de presse.

    Le chef du gouvernement a précisé que le préfet de Paris Didier Lallement allait prendre un arrêté en ce sens après consultation avec la maire de Paris, Anne Hidalgo, et a souligné que la question se posait aussi pour la petite couronne, «compte tenu des circulations entre ces territoires».

    Interrogé sur la possibilité d’un reconfinement en France, le ministre de la Santé Olivier Véran a expliqué que cette potentielle décision prendrait compte de plusieurs indicateurs : « l’incidence, mais aussi la pression sanitaire, la montée des hospitalisations et des réanimations ». « S​i on voit que le virus bascule des plus jeunes aux populations les plus vulnérables, si ce passage se fait, il faut agir rapidement », a souligné le ministre.

    Le ministre français de l’Economie, des Finances et de la Relance s’est dit convaincu que la contraction du produit intérieur brut due à la crise du coronavirus pourrait être inférieure à la prévision du gouvernement, qui table sur une baisse de 11% pour 2020.

    Interpellé sur la question des cantines, où les écoliers risquent de se regrouper, le ministre de l’Education a rappelé qu’un protocole avait déjà été établi, recommandant « d’éviter des cohortes trop nombreuses ». « Chaque cas est particulier, c’est pourquoi c’est fait sous forme de recommandations », a ajouté le ministre.

    Olivier Véran a tenté de rassurer les Français rasymétifs au vaccin en soulignant : « Le jour où nous proposerons aux Français un vaccin, c’est qu’il sera à la fois efficace et sûr, qu’il aura rempli toutes les conditions ». Les vaccins, sur lesquels travaillent les laboratoires pharmaceutiques, sont encore en phase de test. « Nous avons passé des pré-commandes auprès des laboratoires les plus près du but. Certains nous disent qu’ils pourraient y arriver à la fin de l’automne, nous verrons », a déclaré le ministre de la Santé.

    Pour remplacer les tests à écouvillons, qui nécessitent d’enfoncer un coton-tige profondément dans le nez, des tests salivaires pourraient être utilisés. « Des tests salivaires doivent être validés sur le plan scientifique, des essais sont en cours. Ce serait important, cela permettrait de développer encore notre dispositif », a informé Olivier Véran.

    Le gouvernement veut « monter à court terme à un million de tests par semaine » pour juguler l’épidémie de Covid-19 en France, contre plus de 800.000 actuellement, a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran.

    Le but est de « rendre disponibles les tests pour tous ceux qui le nécessitent et tous ceux qui le souhaitent », a-t-il déclaré, alors que les délais d’attente sont souvent longs, malgré une capacité nettement augmentée ces derniers mois.

    « Il est évident que tous les enfants de France doivent retrouver le chemin de l’école », a souligné le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, en ajoutant que des fermetures d’établissement seront possibles si des cas sont identifiés.

    « Le port du masque par les adultes ainsi les collégiens et les lycéens sera systématique et donc obligatoire dès la semaine prochaine », a rappelé le ministre, en précisant que les mesures de l’Education nationale pourront être adaptées localement : « nous pouvons décider de localiser certaines mesures, en coordination avec les préfets, les services régionaux de la santé et les recteurs.

    « La continuité pédagogique en présentiel ou à distance sera assurée dans toutes les situations pour tous les élèves », a-t-il affirmé.

    «  pour que ces secteurs continuent à vivre, nous allons prolonger et adapter pour eux les dispositifs de soutien, notamment en matière d’activité partielle », a déclaré Jean Castex. « A cet effet, je recevrai à mon niveau dans les jours à venir les représentants de tous ces secteurs : aujourd’hui et demain, le spectacle vivant et le cinéma, les autres suivront », a rappelé le Premier ministre.

    « Les jeunes sont une des grandes causes de la rentrée ». Jean Castex a notamment évoqué l’effort massif prévu pour moderniser la formation professionnelle.

    « Notre gouvernement va tirer les enseignements structurels de cette crise sanitaire, avec notamment les mesures du Ségur de la santé. Nous allons inciter l’ensemble de notre économie à se transformer dans le sens d’une souveraineté accrue, plus écologique », a déclaré Jean Castex.

    Le port du masque sera obligatoire « pour tout le monde » dans l’enseignement supérieur, a annoncé Jean Castex. « La règle est simple : le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces fermés où se situent plusieurs personnes », a-t-il souligné.

    Dans les établissements recevant du public, les autorités ont procédé depuis le 17 août à 30.000 contrôles, qui ont donné lieu à 1.900 mesures de police et 53 fermetures, a ajouté le Premier ministre. Environ 700 verbalisations sont dressées par jour pour infraction aux règles du port du masque.

    Le Premier ministre a affirmé que le gouvernement souhaitait « tout faire » pour éviter un « reconfinement généralisé » face à la recrudescence de l’épidémie. « Comme le virus, le gouvernement n’a pas pris de vacances », a-t-il lancé afin de souligner le travail de préparation de la rentrée. La nouvelle ligne face à l’épidémie est « vivre avec le virus », a-t-il déclaré.

    « Nous avons trois armes : la prévention (port du masque, gestes barrières) ; casser les chaines de transmissions (tester/tracer/isoler) ; l’approche territoriale (les préfets peuvent prendre des dispositions adaptées) », a expliqué le Premier ministre.

    « Porter un masque, ce n’est pas toujours très simple. Se tenir à distance des autres, ce n’est pas un réflexe spontanée. Mais avouons ensemble que ce ne sont pas des contraintes insurmontables. Evitez les fêtes familiales, respectez les gestes barrières en milieu familial », a-t-il lancé, en ajoutant que « l’essentiel des contaminations se font dans les espaces privés, dans notre quotidien ».

    Le gouvernement avait envoyé 50 millions de masques grand public par courrier postal à 8,2 millions de Français aux revenus modestes. « Nous avons décidé de renouveler cette opération en octobre et aussi longtemps que ce sera nécessaire jusqu’à la fin de l’épidémie », a annoncé Jean Castex.

    Le Premier ministre a annoncé que 21 départements étaient désormais classés en zone rouge, ce qui indique que leur taux d’incidence a dépassé le niveau de 50 cas pour 100.000 personnes. « Le virus progresse dans tout le territoire, mais certaines régions sont plus touchées que d’autres », a-t-il noté. Dans ces départements, « les préfets disposent de pouvoir renforcés. Ils peuvent généraliser le port du masque dans les espaces publics », a détaillé le Premier ministre.

    Dans ces départements « il ne sera plus possible de déroger à l’interdiction de plus de 5.000 personnes », et « les préfets peuvent prendre des mesures complémentaires », comme la fermeture des bars et des restaurants décidée à Marseille.

    La positivité augmente « pour toute les tranches d’âge » mais le virus circule « particulièrement chez les jeunes », a déclaré le Premier ministre. « Les asymptomatiques sont en nombre élevés dans cette population », a ajouté le premier ministre, « ce qui explique l’impact pour le moment faible sur notre système hospitalier ».

    « Nous sommes dans une phase incontestable de recrudescence de l’épidémie », a déclaré Jean Castex en préambule d’une conférence de presse. « Nous sommes actuellement à plus de 3.000 nouveaux cas par jour », a-t-il pointé, contre « moins de 1.000 nouveaux cas par jour à la fin du confinement ».

    « Nous testons beaucoup plus de monde. Et plus on teste, plus on trouve », a-t-il noté, en ajoutant que cela n’explique pas tout. « Le pourcentage de personnes testées positives augmentent. Avant il était de 1 %, aujourd’hui il est au-dessus de 3,7 % ». « Aujourd’hui, le taux d’incidence collective est 39 personnes positives pour 100.000 dans la population », a-t-il déclaré.

    « Plus de 800 patients Covid sont admis à l’hôpital par semaine, contre 500 il y a quelques semaines. Ce n’est pas une explosion mais une tendance », a-t-il déclaré.

    L’Allemagne va notamment mettre en place des amendes accrues en cas de non-port du masque, selon un projet d’accord entre régions et gouvernement.

    Les autorités vont en outre renforcer leurs contrôles pour s’assurer que les périodes de quarantaine sont bien respectées et imposeront des amendes si ce n’est pas le cas, selon ce texte négocié par le gouvernement d’Angela Merkel et les 16 régions allemandes, qui prévoit en outre de limiter désormais à 25 le nombre de participants à un rassemblement privé. Cet accord prévoirait aussi le prolongement, jusqu’à fin 2020, de l’interdiction de public dans les stades.

    « Je vais aller à Berlin tout à l’heure […] en ayant fait avant un test pour assurer que je ne peux pas propager le virus. Je suis négatif, je vous rassure », a-t-il déclaré sur la radio RTL.

    Les ministres des Affaires étrangères de l’UE se retrouvent ce jeudi et vendredi dans la capitale allemande pour une réunion informelle, Berlin assurant au second semestre 2020 la présidence tournante de l’Union.

    Les télécoms, qui ont résisté à la crise sanitaire, ont permis à Bouygues de limiter les dégâts mais n’ont pu compenser des semaines de paralysie sur ses chantiers : le géant français est tombé dans le rouge au premier semestre, assurant toutefois être redevenu rentable depuis.

    Lors de la première moitié de l’année, la société a subi une perte nette de 244 millions d’euros, contre un bénéfice de 225 millions un an plus tôt. Son chiffre d’affaires a reculé de 15 % à 14,8 milliards d’euros, un déclin de presque trois milliards qui correspond en gros au coût de la crise sanitaire pour Bouygues lors de la première moitié de l’année.

    Le ministère de l’Education nationale a publié cette nuit une mise à jour du protocole sanitaire qui s’appliquera dans les établissements à partir de la rentrée.

    Pour les collégiens et lycéens, l’obligation du port du masque dans les espaces clos est désormais explicitement mentionnée. Cette règle s’appliquera désormais aussi « dans les espaces extérieurs ».

    « Lors d’un déplacement, j’ai eu un déjeuner à côté d’une personne (qui) a été testée positive quelques jours plus tard », a-t-elle expliqué, lors d’une interview sur RMC en visioconférence.

    « Donc je suis aujourd’hui, dans le cadre de la stratégie du gouvernement, testée, tracée, isolée », a-t-elle ajouté, en précisant qu’elle n’avait « pas de symptômes ». « Personne n’a le droit d’entrer dans mon bureau, sauf cas exceptionnel, et nous sommes tous masqués quand cela arrive », a-t-elle encore détaillé.

    Le fabricant britannique de moteurs Rolls-Royce a publié ce jeudi une perte nette de 5,4 milliards de livres au premier semestre, le groupe étant surtout affecté par la crise du transport aérien provoquée par la pandémie.

    Rolls-Royce, présent dans l’aérien, la défense et l’énergie, avait dégagé une perte moins élevée, de 909 millions de livres, un an plus tôt. Pour faire face à la crise, le groupe annonce en outre des cessions d’actifs pour 2 milliards de livres après avoir lancé ces derniers mois une vaste restructuration qui passe par la suppression de 9.000 emplois.

    Le nombre de cas confirmés de contamination au coronavirus en Allemagne atteint 237.936, soit 1.507 cas de plus que la veille, selon les données publiées ce jeudi par l’Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses.

    Cinq décès supplémentaires ont été signalés, d’après RKI, portant le total à 9.285 morts depuis le début de l’épidémie dans le pays.

    Le nombre moyen d’infections au coronavirus est passé à 492,3 par jour entre le 17 et le 23 août, indique ce jeudi l’institut de santé publique Sciensano. Soit une baisse de 8 % par rapport à la semaine précédente. Le pays compte désormais 83.030 cas.

    Sciensano fait également part d’une moyenne de 6 décès par jour, en baisse de 44 % par rapport à la semaine précédente. Depuis le début de l’épidémie, 9.879 personnes ont perdu la vie des suites du Covid-19.

    L’Inde a recensé 75.760 nouveaux cas confirmés au cours des vingt-quatre dernières heures. Un record sur une journée depuis le début de l’épidémie, selon les données publiées ce jeudi par le ministère fédéral de la Santé.

    Désormais, le pays compte officiellement 3,31 millions de cas et déplore un total de 60.472 décès, dont 1.023 au cours des vingt-quatre dernières heures.

    Le pays du matin calme a rapporté 441 nouveaux cas de coronavirus, dont 434 infections locales, portant le nombre total à 18.706, selon les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC). C’est la première fois que le nombre quotidien de cas du pays dépasse la barre des 400 depuis le 7 mars. Ce jour-là, 483 cas avaient été détectés suite à une réunion d’une secte religieuse à Daegu.

    Une augmentation qui préoccupe les autorités, qui pourraient prochainement relever le niveau de restriction. Actuellement, le pays applique le niveau 2 de distanciation sociale, qui interdit les rassemblements de 50 personnes ou plus. Il pourrait passer en niveau 3 qui, lui, interdira les réunions de 10 personnes ou plus.

    De son côté, la Banque de Corée a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2020, tablant désormais sur une contraction de 1,3 % cette année.

    C’est ce qu’affirme un rapport de l’Unicef publié ce jeudi. « Nous sommes face à une urgence éducative mondiale qui pourrait avoir des répercussions sur les économies et les sociétés pendant plusieurs décennies », alerte Henrietta Fore, directrice générale de l’Unicef.

    Et la situation est sans doute plus grave encore. « Même lorsque les enfants disposent de la technologie et des outils nécessaires chez eux, l’apprentissage à distance n’est pas toujours possible en raison d’autres facteurs : la pression pour effectuer les tâches domestiques, l’obligation de travailler, un environnement non favorable à l’apprentissage et l’absence d’aide pour suivre le programme mis à disposition sur les différentes plateformes », explique l’Unicef.

    Les autorités sanitaires américaines ont brusquement changé leurs directives, déclarant que les personnes exposées à des cas confirmés de coronavirus mais n’en présentant aucun symptôme n’avaient pas besoin d’être testées. L’annonce a choqué les médecins, dont Anthony Fauci, expert à la Maison Blanche, qui n’a pas été consulté.

    L’Hexagone a enregistré 5.429 cas de contaminations au cours des dernières 24 heures. Un nouveau plus haut depuis la mi-avril et une hausse de plus de 60 % par rapport à mardi. 

    Le ministère de la Santé précise que les chiffres des hospitalisations et des décès n’ont pas été mis à jour en raison d’un problème technique.

    Où en sont les laboratoires dans la course au vaccin ?Pourquoi Gilead fixe le prix du remdesivir à 2.340 dollars

    Chaque jour, la rédaction des Echos répond à votre besoin d’une information fiable et vous aide à prendre les meilleures décisions.

    Conservez une vision globale de la situation, en France et dans le monde. Décryptez les conséquences de la crise sur l’économie, les entreprises et les marchés. Eclairez votre réflexion avec des points de vue, des idées et des contributions de tous horizons.



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here