Home Actualité internationale Un professeur de droit de l’environnement de Harvard démissionne de ConocoPhillips après des mois d’examen attentif.
Actualité internationale

Un professeur de droit de l’environnement de Harvard démissionne de ConocoPhillips après des mois d’examen attentif.

Jody Freeman was a board member at the fossil fuel firm for over 10 years and received more than $350,000 a year in salary and stocks

Jody Freeman démissionne de son poste chez ConocoPhillips après des mois de pression des activistes climatiques

Une avocate environnementale renommée quitte son poste bien rémunéré chez le géant pétrolier et gazier

Jody Freeman, avocate environnementale de renom à l’Université Harvard, a démissionné de son poste très rémunéré chez le géant pétrolier et gazier ConocoPhillips, suite à des mois de pression de la part des activistes climatiques. Elle a annoncé sa démission sur son site web jeudi dernier, déclarant qu’elle souhaitait se concentrer sur ses recherches à Harvard et faire place à de nouvelles opportunités. Freeman, directrice fondatrice du programme de droit de l’environnement et de l’énergie de Harvard et ancienne conseillère de l’administration Obama, a siégé au conseil d’administration de l’entreprise de combustibles fossiles pendant plus d’une décennie. Elle recevait plus de 350 000 dollars par an en salaire et en actions pour ce poste chez ConocoPhillips.

La démission de Freeman fait suite à des révélations selon lesquelles elle aurait fait pression sur la Securities and Exchange Commission (SEC) au nom de l’entreprise. Des courriels obtenus grâce à la loi sur la liberté d’information indiquent qu’elle a aidé à organiser une réunion entre les dirigeants de l’entreprise et un directeur de la SEC alors que l’agence travaillait à l’élaboration de nouvelles réglementations sur la divulgation des émissions des entreprises. Ces révélations ont intensifié les critiques des activistes climatiques, y compris des étudiants de Harvard.

La démission de Freeman a été saluée par le groupe d’activistes étudiants Fossil Fuel Divest Harvard, qui a fourni les courriels à la presse. Ils ont déclaré que sa démission démontrait le pouvoir de la pression publique bien informée. Freeman avait déjà été critiquée par des activistes climatiques et universitaires lorsque l’Institut Salata pour le climat et la durabilité de Harvard lui a accordé une importante subvention de recherche. L’institut s’était engagé à ne pas accepter de financement ou de partenariats avec des entreprises qui ne partagent pas l’objectif de réduire notre dépendance aux combustibles fossiles.

La démission de Freeman met en lumière les liens entre les universitaires et l’industrie des combustibles fossiles, et soulève des questions sur les conflits d’intérêts. Les activistes continueront de faire pression sur Harvard pour qu’elle se désengage complètement de l’industrie des combustibles fossiles.

Mots clés : Jody Freeman, ConocoPhillips, Harvard, avocate environnementale, démission, pression des activistes climatiques, conflits d’intérêts, combustibles fossiles, divestissement, recherche, réglementations sur les émissions.

A LIRE AUSSI ...

Maroc, Augmentation des salaires des enseignants : la première tranche versée fin avril !

Aziz Akhannouch; Premier ministre du Maroc L’augmentation du salaire des enseignants marocains,...

Protéger les enfants d’Haïti : Éducation et sécurité contre la violence

La situation des enfants d’Haïti face à la violence En Haïti, les...

‘Pour une école marocaine sans échec : lettre à l’ambassadeur de France’

Un programme éducatif ambitieux mais risqué Le récent lancement du « Programme...

Nigeria : les enlèvements d’élèves mettent en péril l’éducation

Enlèvements d’élèves au Nigeria : une menace croissante pour l’éducation Au moins...

[quads id=1]