Homosexualité : Remy Ngono, Paul Eric Kingué et les ministres Voici les détails en [VIDEO]

    0
    42

    Le passage du Maire Paul Eric Kingué dans l’émission 7 minutes pour convaincre sur Afrik-Inform alimente toujours les débats au Cameroun. Après avoir vertement critiqué le MRC et son leader Maurice Kamto, Paul Eric Kingué s’est permis une immersion dans la vie privée du journaliste J. Remy Ngono.

    En effet au cours de l’émission, le maire de Njombé-Penja a traité le promoteur du site d’informations cousfrancs.com d’efféminé.
    « Il y a un monsieur en France-là qui se démaquille comme une femme (…) Il est assez efféminé, comment est-ce que vous l’appelez… J. Remy Ngono? » s’est interrogé Kingué sur un ton moqueur.

    N’ayant pas apprécié les déclarations de l’ancien directeur de campagne de Maurcie Kamto, Remy Ngono a réalisé une vidéo dans laquelle il a lynché son détracteur. Il a d’abord tenu à faire une mise au point sur son statut matrimonial. « Depuis l’âge de 20 ans, j ‘ai toujours vécu maritalement et je suis toujours marié. Monsieur Kingué où est votre alliance », s’interroge le journaliste.

    Il s’est ensuite occupé de son physique avec de faire de graves révélations sur son orientation sexuelle. Il compare le postérieur de Kingué à celui d’une femme. « Un homme qui marche et les fesses dansent (…) Paul Eric Kingué qu’est-ce que tu fais avec nos ministres qui se retrouvent dans la liste des 50 ministres pédés du Cameroun. Pourquoi ta femme t’a quitté ? Mandela sa femme ne l’avait pas quitté pendant qu’il était en prison. Personne n’a perdu sa femme alors qu’il était en prison mais toi ta femme t’a quitté. ».

    Retour sur l’affaire des 50 ministres pédés

    On se souvient tous de ce scandale dont les journaux avaient fait leurs choux gras début 2006. En effet, le mardi 24 janvier 2006, le Journal L’Anecdote (à la suite du Journal La Météo N°67 du 4 janvier 2006 et de la Nouvelle Afrique N°189 du 12 janvier) publiait une liste de personnalités camerounaises présumées homosexuelles.

    Ministres, hommes d’affaires, artistes, sportifs, membres du clergé et tutti quanti, de nombreuses personnalités bien connues de l’opinion publique voyaient ainsi leur nom figurer sur cette liste baptisée « Top 50 des homosexuels présumés du Cameroun ».
    Cependant, ce sont les membres du gouvernement qui semblaient particulièrement visés, si tant il est vrai que le journal semblait vouloir démontrer que « le régime politique au Cameroun est une « anusocratie » ou une « homocratie » infesté d’« homosexuels » riches et corrompus qui tentent de s’emparer de l’État et du pouvoir » comme le soulignait ce communiqué de presse de la Grande Palabre, paru quelques années plus tard.

    Telle une véritable chasse aux sorcières, cette affaire fut particulièrement sujette à controverses. Certaines des personnalités indexées monteront d’ailleurs au créneau à travers des procédures judiciaires et des démentis publics, criant à tout va, à de la diffamation.

    Qu’elle ait suscité de l’indignation chez certains et/ou des fous rires chez d’autres, une certitude demeure: cette histoire n’a pas laissé grand monde indifférent. Pas même le chef de l’Etat qui, dans son traditionnel discours à la jeunesse du 10 février 2006, exhorta les médias au respect du droit à la vie privée d’autrui, estimant par ailleurs qu’il « n’est pas acceptable qu’à la faveur d’une rumeur incontrôlée, l’on se permette, comme ce fût le cas récemment, de spéculer sur les vices et les vertus de quelques-uns. Autant ici […] atteindre à leur vie privée et à leur honorabilité » et d’en appeler ainsi « à l’esprit de responsabilité, à la sagesse des communicateurs et des journalistes pour qu’ils respectent les règles de déontologie propres à leur noble métier et qu’ils tiennent compte dorénavant des principes de convenances inhérents à toute société civilisée ».


    SOURCE: https://bit.ly/2VFi7Qj

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here