Jerry Sloan salué par ses contemporains et adversaires

0
0

Pendant 23 saisons, entre 1988 et 2011, Jerry Sloan a dirigé le Jazz, se plaçant ainsi parmi les coaches les plus prolifiques de l’histoire de la NBA. Et un modèle pour beaucoup.

L’ancien coach, dont on a appris le décès ce vendredi à 78 ans, était donc une figure familière du monde du coaching, et surtout très respectée par ses pairs.

« C’était un ami très cher », déclare Don Nelson, qui l’a connu également comme joueur dans les années 1960, à ESPN. « C’est peut-être le coach le plus compétitif que j’ai affronté dans ma carrière. Et le joueur, c’est simple : on s’est battu la première fois qu’on s’est rencontré. Il s’est bloqué devant moi et je n’avais d’autre choix que de lui rentrer dedans. Il a eu la faute pour lui, mais a tout de même essayé de me frapper. C’était un dur. »

Comme son Jazz d’ailleurs, porté Karl Malone et John Stockton, qui fut une des équipes les plus régulières et performantes des années 1990 avec deux participations en Finals (1997 et 1998), trois finales de conférence et neuf saisons à plus de 54 victoires entre 1989 et 2001.

« Je mets Jerry Sloan dans les trois ou quatre meilleurs coaches que j’ai affrontés », avance George Karl, qui a bataillé contre lui en finale de conférence 1996 et l’a affronté à 82 reprises. « J’ai adoré lui faire face. Ses équipes étaient difficiles à jouer. Elles étaient dures au mal, très bien dirigées. Son jeu était simple, mais c’était du béton et ses joueurs suivaient ses consignes. Chaque joueur du Jazz à qui j’ai parlé ne faisait que des compliments sur lui. »

De son côté, Phil Jackson, qui l’a privé du titre pendant deux saisons avec les Bulls, a salué « sa passion et sa sportivité » quand Gregg Popovich rappelait qu’il fut « un mentor » pour lui, précisant : « Jerry était un homme sincère et vrai. Et c’est rare« .

Lenny Wilkens, lui, a partagé une aventure commune avec Jerry Sloan pendant les Jeux olympiques de 1996.

Le coach du Jazz fut son assistant pendant la compétition à Atlanta, remportée par Team USA, et les deux hommes partageaient de nombreux points communs.

« J’ai adoré son esprit de compétition. Ses équipes étaient tellement bien préparées. Tous les deux, on estimait que la défense pouvait influencer un match. Et comme moi, il ne laissait pas l’adversaire aller au panier. C’est comme ça qu’on avait été élevé. Il a eu une grande influence sur la sélection nationale. Il avait une crédibilité instantanée sur les parquets. Si on a réalisé un aussi bon travail en 1996, Jerry avait largement sa part dedans. »

Source: https://news.google.com/__i/rss/rd/articles/CBMiXWh0dHBzOi8vd3d3LmJhc2tldHVzYS5jb20vbmV3cy81OTU2MTgvamVycnktc2xvYW4tc2FsdWUtcGFyLXNlcy1jb250ZW1wb3JhaW5zLWV0LWFkdmVyc2FpcmVzL9IBYWh0dHBzOi8vd3d3LmJhc2tldHVzYS5jb20vbmV3cy81OTU2MTgvamVycnktc2xvYW4tc2FsdWUtcGFyLXNlcy1jb250ZW1wb3JhaW5zLWV0LWFkdmVyc2FpcmVzL2FtcC8?oc=5

News – Jerry Sloan salué par ses contemporains et adversaires

Abonnez-vous gratuitement et soyez le premier à liker et à partager:

Je m’abonne gratuitement pour rester informé!!!

[maxbutton id= »1″]