« Le Mans 66 » : une ode au bolide de course par James Mangold, sur Canal+

    0
    19

    Pour la première fois, l’Autorité de la concurrence interdit une opération de concentration de deux hypermarchés

    « C’est violent, je ne suis pas une criminelle » : Ruth Mackenzie conteste son éviction de la direction du Théâtre du Châtelet

    S’aimer comme on se confine : « Il n’avait pas envie de venir et maintenant on va rompre »

    Le réalisateur filme un duel Ford-Ferrari version grand spectacle, porté par un efficace duo d’acteurs, Matt Damon et Christian Bale.

    Honnête artisan de l’industrie hollywoodienne (Walk the Line, 3 h 10 pour Yuma…), le réalisateur James Mangold passe, avec Le Mans 66, à l’élégie franche du turbo, à l’ode au bolide de course, à la passion virile des carlingues rutilantes, de la nicotine et de la sensation forte. Le tout sans trucages, dans une conception réaliste du spectaculaire, à l’ancienne. Autant appeler son film un chant du cygne d’une civilisation occidentale insoucieuse et pétroleuse.

    Incarnant cette époque avec un charme désinvolte et charmeur, Steve McQueen s’était déjà prêté, en direct, à la célébration de ces valeurs dans Le Mans, de Lee H. Katzin, film chaotique tourné en 1970 sur la piste des 24 Heures, dans lequel l’ivresse des prises de vues l’emportait sur la fable. Cinquante ans plus tard, Mangold rétablit la balance.

    On trouve ainsi dans son film de quoi sustenter les amateurs de sensations de forte cylindrée, avec rugissements de moteur poussés à bloc, caméras embarquées dans les bolides, prises de vues au ras du bitume, coups tordus, branle-bas électrique des stands, endurance des hommes et des machines, adrénaline de la course et des duels qui s’y livrent.

    D’un autre côté, une intrigue non moins testostéronée, interprétée par d’excellents acteurs, qui oppose un duo de passionnés de course automobile aux caciques de l’entreprise Ford qui les a engagés pour faire triompher la marque, au Mans, en 1966. Désireux d’étendre son emprise en renouvelant son image, le potentat de la firme, Henry Ford II (Tracy Letts), décide d’investir dans la course automobile.

    Après avoir voulu s’associer avec Ferrari, en difficulté, et s’être fait tancer par l’aristocrate Enzo Ferrari, Ford II décide de lancer ses propres voitures de course et de faire mordre la poussière à l’Italien au Mans. La firme fait appel alors à Carroll Shelby (Matt Damon), ex-pilote de guerre, vainqueur du Mans en 1959, mais reconverti pour raisons de santé dans le tuning de voitures de série.

    Shelby, concepteur de monstres véloces, convainc à son tour Ken Miles (Christian Bale), coureur anglais au tempérament revêche et singulier, génie pur et dur de la conduite et de la mécanique. Le tandem fait des étincelles, mais se heurte en permanence à la bureaucratie et aux plans marketing de Ford, incarnés en la personne d’un haut cadre de l’entreprise tordu à souhait (Jon Bernthal). Cette lutte va conditionner la dramaturgie du film, dont l’apothéose a lieu sur la piste du Mans, face à l’équipe Ferrari piquée au vif.

    Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

    En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here