Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, démissionne pour raisons de santé

    0
    11

    Pour la première fois, l’Autorité de la concurrence interdit une opération de concentration de deux hypermarchés

    Covid-19 : « Les annonceurs ont préféré adapter leur communication numérique tout en réduisant leur enveloppe budgétaire »

    S’aimer comme on se confine : « Il n’avait pas envie de venir et maintenant on va rompre »

    Après sept ans et huit mois à la tête du pays, Shinzo Abe venait de battre un record de longévité pour un premier ministre japonais.

    Par Philippe Mesmer et Philippe Pons Publié aujourd’hui à 10h24, mis à jour à 11h12

    Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, 65 ans, a invoqué ses problèmes de santé pour expliquer, vendredi 28 août, sa décision de démissionner. Sa colite ulcéreuse, une maladie inflammatoire chronique des intestins dont il souffre depuis l’adolescence, risque de s’aggraver, a-t-il déclaré à l’agence Jiji Press. Le chef du gouvernement japonais, qui a dépassé le 24 août en matière de longévité au pouvoir son grand-oncle, Eisaku Sato (premier ministre de 1964 à 1972), a confirmé ainsi les rumeurs qui s’intensifiaient depuis ses deux passages à l’hôpital, les 17 et 24 août.

    Outre ses problèmes de santé et la chute de sa cote de popularité, le branle-bas de combat dans les coulisses de son mouvement, le Parti libéral-démocrate (PLD), de ces derniers jours tendait à indiquer que M. Abe perdait pied et que la course à sa succession était bel et bien lancée.

    En attendant, M. Abe restera en poste jusqu’à la désignation de son successeur. Le choix du successeur va donner lieu, comme souvent en politique au Japon, à des arbitrages à huis clos, scandés de déclarations sibyllines des caciques du PLD, qui refléteront plus les équilibres de pouvoir entre ses cinq grandes factions (clans) que des orientations politiques.

    Cette fois, le processus devrait être suivi de près par M. Abe afin d’éviter tout risque de poursuites pour les scandales de favoritisme et de corruption – son ancien ministre de la justice, Katsuyuki Kawai, accusé d’achats de voix lors des sénatoriales de 2019, aurait menacé de le mettre en cause – qui ont émaillé son mandat, voire pour sa gestion controversée de la pandémie de Covid-19. La question reste ouverte de savoir s’il dispose encore de suffisamment de pouvoir pour gérer sa succession.

    Depuis son retour aux affaires en 2012 – après la disgrâce en 2007, au bout d’un an et déjà à cause de problèmes de santé, de son premier mandat à la tête du gouvernement –, M. Abe a su se maintenir au pouvoir en raison de l’absence d’une opposition crédible plus que d’un réel soutien populaire : d’élection en élection, la majorité libérale démocrate est reconduite, mais la moitié des électeurs ne vont pas aux urnes.

    Shinzo Abe a géré les affaires en s’appuyant sur une communication minutieusement contrôlée, téléguidée par la puissante et influente agence de publicité Dentsu, et agit comme le souhaitaient les lobbies (milieux d’affaires, sectes religieuses, groupes de pression de la droite nationaliste telle que la Nippon Kaigi qui soutiennent le PLD).

    Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

    En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here