L’Iran a exécuté le lutteur Navid Afkari

0
6

Pascal Dibie : «Comment toute une partie de l’humanité accepte-t-elle de passer ses journées assise sur une chaise de bureau ?» Abonnés

Covid-19 : pourquoi Jean Castex a-t-il dû s’isoler, contrairement aux coéquipiers de Mbappé, testé positif ?

Pourquoi, selon l’Académie de médecine, il n’est plus nécessaire de laver ses masques en tissu à 60 degrés ?

Au petit matin, ce samedi, le lutteur Navid Afkari a été exécuté dans la prison d’Adelabad, à Chiraz. La République islamique n’a écouté aucun appel à y surseoir : ni les dénégations du condamné qui, après avoir épuisé les recours légaux, a expliqué dans un audio que ses aveux lui avaient été extorqués sous la torture ; ni les supplications de sa mère dans une vidéo ; ni la mobilisation de la société civile en Iran qui a recouvert Twitter de son nom (نويد_افكاري#) et les murs de Téhéran de son visage ; ni celle de l’association Global Athlete, regroupant plus de 75 000 sportifs du monde entier, demandant que la République islamique soit exclue des compétitions internationales si Afkari était tué ; ni les imprécations du président Donald Trump, rendues inaudibles par le bras de fer qu’il a lancé avec les autorités iraniennes depuis son élection. Ni même le pardon que la famille de la victime s’apprêtait à lui accorder : selon l’avocat du condamné, Hassan Younessi, une rencontre devait avoir lieu dimanche entre les deux familles pour formaliser cette grâce prévue par le Code pénal iranien.

A lire aussi : Le champion de lutte iranien Navid Afkari condamné à la peine de mort et 74 coups de fouet

Navid Afkari avait été arrêté le 17 septembre 2018 pour sa participation supposée à des manifestations à Chiraz. La grande ville du sud-ouest du pays, où sont enterrés les poètes persans Hafez et Saadi, connaissait cette année-là une terrible sécheresse, qui avait déclenché des émeutes sur fond de dégradation de la situation économique.

Navid Afkari est accusé d’y avoir pris part et d’avoir poignardé à mort un homme présenté alternativement comme un membre des services de renseignement et un agent de la régie municipale de l’eau. Il a été doublement condamné à mort par un tribunal révolutionnaire : pour «inimité envers Dieu» (moharebed), un crime régulièrement utilisé contre les protestataires, et en vertu de la loi du talion («qesas»). Deux de ses frères ont également été jugés comme complices et ont écopé de lourdes peines de prison.

L’année dernière, Navid Afkari était parvenu à faire sortir un audio des murs de sa prison. Il y décrivait les tortures subies. «Ils cherchent un cou pour leur corde», concluait l’athlète de 27 ans, médaillé en Iran et à l’international. Une phrase largement reprise dans le pays par ses soutiens. Face à la mobilisation, de plus en plus fréquente contre la peine capitale, le pouvoir s’est raidi : des aveux enregistrés ont été diffusés à la télévision d’Etat le 5 septembre, juste après la confirmation de sa condamnation par la Cour suprême.

L’agence de presse de l’autorité judiciaire Mizan a aussi démenti les accusations de torture. Samedi matin, lors de l’annonce de l’exécution de la sentence, le procureur général de la province de Fars, Kazem Mousavi, a pris soin d’assurer qu’elle avait été conduite à la demande de la famille de la victime, contrairement à ce que soutient l’avocat d’Afkari.

Cet été, une campagne de soutien avait permis de repousser l’exécution de trois jeunes manifestants. Pas cette fois. Le pouvoir, acculé par les sanctions américaines, ébranlé par plusieurs mouvements sociaux, est allé au bout de sa logique punitive.

Le champion de lutte iranien Navid Afkari condamné à la peine de mort et 74 coups de fouet

Ce colonel de gendarmerie, qui se pique aussi d’écriture et de musique techno, a dirigé l’office chargé de rechercher les auteurs de crime contre l’humanité.

04.09.20

Arrêté en septembre 2018 après avoir participé à des manifestations dans la ville de Shiraz et accusé d’avoir poignardé un homme à mort, ce que son avocat conteste, le lutteur raconte avoir avoué sous la torture. Sa mère lance un appel à l’aide internationale.

10.09.20

Le ministre de la Justice a assuré que les chiffres de la délinquance juvénile étaient constants depuis une décennie. Les données sont lacunaires et à interpréter avec précaution.

04.09.20

Discours. Dans son discours exaltant le patriotisme républicain ce vendredi au Panthéon, Emmanuel Macron a souligné que la République était «toujours à…

11.09.20

A Venise, le nouveau film fleuve du grand documentariste Frederick Wiseman a marqué une Mostra contrainte par les mesures sanitaires. Une passionnante description de l’action du maire de Boston, dont l’idéalisme réconciliateur s’oppose à la politique de Trump.

10.09.20

L’espionnage, ça ne date pas d’hier. «Il y en a eu dès l’Antiquité», indique Yvonnick Denoël, historien du renseignement. Mais c’est lors de la Première Guerre…

07.09.20

Russie. L’opposant russe Alexeï Navalny, victime d’un empoisonnement en Russie selon Berlin, a été sorti du coma artificiel et va «par étapes» cesser d’être…

04.09.20

Vendredi, l’aide-soignante Maré Ndiaye sera jugée pour «outrage» et «rébellion», après avoir été violemment interpellée lors d’une visite d’Emmanuel Macron à Mulhouse, le 25 mars. Ce délit est obsolète et doit être abrogé du code pénal, plaide un collectif.

11.09.20

Covid-19. Le premier ministre Jean Castex a annoncé vendredi que la durée d’isolement pour les malades atteints du Covid était ramenée désormais à 7 jours…

10.09.20

Un espion, on l’imagine en danger à chaque instant : accroché à un train filant à vive allure, pris en otage, sautant d’un hélicoptère… Mais la réalité est…

10.09.20

C’est secret et pourtant, il y a tant à dire sur les espions ! Des histoires vraies, d’autres inventées : je t’ai sélectionné de chouettes œuvres sur le…

Profitez du journal du jour en version numérique et du journal du lendemain avant tout le monde



SOURCE: https://www.w24news.com/news/liran-a-exacuta-le-lutteur-navid-afkari/?remotepost=267854

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]