Manu Payet : «Je souhaite apporter de la légèreté à cette époque folle» 

    0
    16

    INTERVIEW – Ce lundi, le comédien a fait sa rentrée sur Virgin Radio aux commandes de la matinale «Virgin Tonic». Il remplace Camille Combal qui a fait ses preuves pendant 6 ans. Son authenticité, son franc-parler et son humour décalé ont donné le ton de cette première qui a déjà tout d’une grande.

    LE FIGARO. – Vous avez débuté votre carrière par 12 ans de radio, notamment sur NRJ Réunion. Cette expérience a-t-elle lancé votre carrière?Manu PAYET. – Oui, assurément! J’avais 25 ans à peine quand je me retrouve parachuter à l’antenne de NRJ Réunion. Je n’avais aucune expérience mais j’ai très vite compris que je pouvais attirer les filles en étant l’homme radiophonique de l’île. J’ai accepté immédiatement la proposition même si j’avoue que je n’y connaissais rien. Ma chance a été d’avoir été entendu sur les ondes par Frédéric Pau, en voyage à la Réunion, à l’époque directeur des programmes sur NRJ, et actuellement directeur de Virgin Radio. Il m’a repéré et m’a ramené avec lui dans ses bagages.

    Qu’est-ce qui vous a donné envie de revenir à vos premières amours?Pendant le confinement, je me suis retrouvé isolé à la campagne. Mes journées s’articulaient ainsi: j’écrivais, je lisais et j’écoutais la radio. J’ai compris que je gardais un vrai lien avec l’extérieur grâce aux émissions qui accompagnent les gens dans leur quotidien. Et j’ai pensé aux personnes seules toute l’année. Reprendre l’antenne s’est alors imposé comme une évidence.

    Comment se prépare une matinale? L’émission est planifiée dans ses grandes lignes. Les thèmes sont définis et préparés la veille. La matinale fonctionne par «speak» de 15 minutes chacun. L’audience est mesurée tous les quarts d’heure, j’ai donc un objectif de résultats!

    La radio, est-ce beaucoup d’improvisation et un peu de travail? Ou l’inverse?C’est plutôt beaucoup de travail, beaucoup d’improvisation et peu de sommeil! Mais l’un ne peut marcher sans l’autre. J’ai bien sûr l’autorisation de m’accorder quelques sorties de route qui font parfois des grands moments de radio. Une matinale c’est une journée entière de travail entre les heures passées à l’antenne le matin et les heures passées à la préparation l’après-midi.

    Quel ton souhaitez-vous donner à «Virgin Tonic»? Je veux être Manu Payet, lui-même, sans artifices, sans langue de bois mais toujours avec la même bonne humeur qui m’anime depuis ma tendre enfance. Je souhaite apporter de la légèreté à cette époque folle. Je veux zigzaguer entre la crise sanitaire et les aléas de la modernité.

    Quelle sera la recette Manu Payet pour ambiancer les lève-tôt?Je veux que celles et ceux qui nous écoutent le matin communient autour de cet espoir candide que nous sommes tous unis au moins pendant 3 heures face aux difficultés que nous impose le contexte actuel. Une émission FFP1000 comme j’aime en plaisanter lors de mes trainings radio!

    Comment apprend-on à faire de la radio? On prend un micro, on lance un titre de Mylène Farmer que l’on n’a pas choisi (rires) et on essaie de raconter une histoire qui puisse intéresser quelqu’un. La règle d’or c’est d’être soi-même et surtout de lancer des morceaux que les gens ont envie d’écouter. Ce que tu aimes écouter toi, tu l’oublies, tu l’écouteras dans ta bagnole!

    Vous êtes humoriste, acteur, réalisateur, scénariste et animateur de radio. Est-ce qu’un costume vous habite plus qu’un autre?J’aime tous mes costumes mais comme tout homme qui se respecte je prends du plaisir à en changer. Pendant deux ans, en tournée dans toute la France pour mon spectacle, j’étais un oiseau de nuit. Aujourd’hui, j’ai décidé de voler dès l’aube. Ce qui est plaisant c’est d’avoir la liberté de pouvoir choisir!

    Avez-vous encore des rêves artistiques? Des projets à réaliser qui vous font vibrer?Peu de gens le savent mais je suis un rockeur dans l’âme. Initialement je voulais être auteur, interprète et guitariste comme mes idoles du groupe Oasis ou encore Nirvana. Mais où le bât blesse, c’est que je suis un piètre compositeur. Finalement la radio m’a choisi non pas pour chanter mais pour parler. J’étais très déçu. Mais je ne désespère pas un jour d’endosser le costume de Kurt Cobain!

    Quelles sont les nouveautés?La matinale de Virgin Radio à l’honneur d’accueillir la voix grave, reconnaissable entre mille de Gérard Darmon pour tous ses jingles de la saison 7. Un premier rappel qui sonne comme un air de rentrée «Manu, c’est Gérard, une fois encore, tu ne t’es pas réveillé!».



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here