Ngarbuh : abandonné par Paul Biya, Mathias Nguini en colère

    0
    26

    Pr. Mathias Eric Owona Nguini ne s’attendait surement pas aux résultats de l’enquête exigée par Paul Biya dans l’affaire Ngarbu.
    Après avoir tenté de nier l’existence d’un rapport de l’ONG Human Rights Watch sur le massacre de Ngarbuh, le Pr. Mathias Eric Owona Nguini tente depuis quelques heures de trouver des excuses pour justifier l’attitude de l’armée camerounaise. Il vient de faire une nouvelle publication bourrée d’injures et de propos discourtois indignes d’un professeur de son rang.

    « Que les Kamtalibans et autres voyous ambazonistes, se tiennent tranquilles. Leurs insultes, leur grossièreté et leur vilenie co-constitutives ne nous impressionnent pas. Nous continuerons à soutenir nos forces de défense et de sécurité qui exposent leurs vies contre ces sauvageons terroristes d’une barbarie sans nom, qui violent, poignardent, écartèlent, decapitent, coupent oreilles, mains et pieds, éviscèrent, crèvent les yeux et mangent cœurs et foies !!!
    Ca les forces exogènes et endogènes au droit- de- l’hommisme partisan, sectaire, claniste, ne le voient pas. Les droits de l’homme ne sont pas à géométrie variable ,si on veut leur donner du sens de misérables hypocrites et ils veulent donner des leçons!!! N’importe quoi !!! », a-t-il publié.
    Avant cette sortie, il avait commenté les résultats de l’enquête commanditée par le président de la République Paul Biya. Pour Mathias Eric Owona Nguini, le rapport ne reconnait pas le massacre des civils par l’armée à Ngarbuh. Il s’agirait plutôt d’une bavure. Une bavure qui a pourtant fait 13 morts essentiellement des femmes et des enfants.

    « Le communiqué n’approuve pas les chiffres présentes par les organisations des droits de l’homme toujours silencieuses sur les exactions et crimes des ambazoniens à propos des morts de ngarbuh – Le communiqué ne dit pas que les militaires et gendarmes accompagnés par des auto-defenses ont tué de manière délibérée et volontaire les civils non-combattants(femmes et enfants) présents dans ce camp retranché et base logistique des sécessionnistes ambazoniens », a écrit l’analyste politique.


    SOURCE: https://bit.ly/2VFi7Qj

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here