Nouveau nom pour Asbestos : Apalone, Jeffrey, Phénix ou Trois-Lacs ?

0
8

Asbestos avait annoncé en novembre 2019 vouloir se défaire de la connotation négative de son nom qui signifie amiante en anglais, ayant relégué l’industrie aux oubliettes après la fermeture de la mine Jeffrey en 2012.

Les citoyens d’Asbestos, en Estrie, devront choisir entre Apalone, Jeffrey, Phénix et Trois-Lacs dans un mois lors d’un vote sur le nouveau nom de leur ville, a annoncé le maire Hugues Grimard, lundi soir, lors d’une séance du conseil municipal.

Michel Saba, Initiative de journalisme localLa Presse Canadienne

Les noms réfèrent respectivement à une tortue menacée, au nom du premier exploitant de la mine d’amiante de la ville, à un oiseau fabuleux et à une ancienne municipalité.

Plus de 1000 noms ont été reçus par la Ville, a souligné le maire. Un comité de citoyens les a étudiés et avait pour mandat d’en retenir tout au plus une dizaine. Ce sont les élus qui ont ensuite choisi lesquels d’entre eux seront soumis au vote.

Les électeurs devront classer les noms par ordre de préférence sur leur bulletin de vote. Si aucun nom n’obtient la majorité des votes au premier tour, le nom ayant obtenu le moins de votes sera éliminé et le deuxième choix de ces électeurs sera redistribué. Le processus continuera ainsi jusqu’à ce qu’un nom obtienne une majorité de votes.

Même s’il s’agit d’une consultation citoyenne et non d’un référendum selon les registres du ministère des Affaires municipales, le maire de la municipalité de près de 7000 habitants a promis en conférence de presse que les élus « respecteront » le choix des citoyens.

« Ce n’est pas l’histoire d’un individu. C’est l’histoire d’une communauté », a lancé le maire Grimard en entrevue avec La Presse Canadienne en justifiant pourquoi il refuse de dévoiler s’il a une préférence parmi les noms soumis au vote.

Tous les propriétaires d’entreprise et les citoyens d’Asbestos âgés de 14 ans et plus pourront se prononcer lors du scrutin qui se tiendra dans la salle du conseil du mercredi 14 au dimanche 18 octobre. Le nouveau nom sera dévoilé le lundi 19 octobre.

Lors des élections municipales, provinciales et fédérales, seuls les citoyens de 18 ans ont droit de vote. Les élus souhaitaient cependant « inclure nos jeunes dans la prise de décisions », a expliqué M. Grimard au sujet du jeune âge à partir duquel ses citoyens seront autorisés à voter. Cette idée, qui vient d’une conseillère municipale, a été retenue d’autant plus que le changement de nom est fait « pour les générations futures ».

Dans une fiche d’information qui sera expédiée aux citoyens dès mardi et qui décrit brièvement chacun des noms, on peut apprendre qu’Apalone fait référence à la tortue molle à épines, une espèce de tortue menacée par la pollution des lacs et des rivières qui « a déjà été observée dans la région ».

Le premier exploitant de la mine d’amiante de la municipalité, William Henry Jeffrey, serait davantage reconnu si les citoyens choisissent son nom de famille. « Il fut celui qui développa le potentiel du gisement de la mine à ses débuts et qui érigea les bases de l’activité minière dans notre ville », note le document.

Le nom Phénix est inspiré de l’« oiseau fabuleux mythique doté d’une impressionnante longévité ». Il s’agit également de l’appellation des équipes sportives de l’école secondaire située dans la municipalité.

Finalement, Trois-Lacs est le nom d’un secteur de la ville qui était une ancienne municipalité jusqu’en 1999, lorsqu’elle a fusionné avec Asbestos.

En février, la Ville avait annoncé que le nouveau nom devrait être dynamique et rassembleur, contribuer à l’essor de la ville, être représentatif de la région et de sa géographie, illustrer l’histoire de la ville, mais sans avoir de connotation directe avec l’amiante, être laïc et de langue française.

Asbestos avait annoncé en novembre 2019 vouloir se défaire de la connotation négative de son nom, qui signifie amiante en anglais, ayant relégué l’industrie aux oubliettes après la fermeture de la mine Jeffrey en 2012.

La pandémie de COVID-19 a joué les trouble-fête dans l’échéancier initial qui prévoyait la tenue d’un vote populaire en avril et qu’une résolution au sujet du nouveau soit votée en mai.

La municipalité a obtenu tout récemment le feu vert du ministère des Affaires municipales pour tenir le vote dans le contexte sanitaire actuel.

Au moins 400 personnes ont regardé en direct sur la page Facebook de la Ville l’annonce faite par le maire des noms retenus.

La Ville a ensuite interrompu la vidéo, refusant de diffuser l’ensemble de la séance du conseil municipal ainsi que les questions et commentaires des citoyens.

Le maire a déclaré en entrevue qu’il ne s’agit pas d’un « débat public » ni d’une « discussion ou quoi que ce soit ».

« Le reste du conseil, on le fait en public et c’est aux gens à venir nous rencontrer », a-t-il dit. La salle du conseil municipal peut accueillir un maximum de 26 citoyens.

Dans les commentaires publiés en réaction à la vidéo, plusieurs citoyens ont exprimé une préférence pour un nom ou un autre. Le nom Jeffrey s’est vu reprocher d’être incohérent avec la démarche qui vise à dissocier la ville de son histoire minière. D’autres ont estimé qu’« Asbestos était un bon nom finalement ».

Le coût de la démarche de changement de nom a été évalué par la Ville à environ 100 000 $.

La ville d’Asbestos a contribué à faire du Canada l’un des leaders mondiaux en exportation d’amiante. Pendant des décennies, l’amiante a été utilisé dans la fabrication de nombreux matériaux, mais maintenant, il est banni dans de nombreux États à travers le monde en raison des risques qu’il pose à la santé humaine.

Un condensé d’actualités pour ne rien manquer, chaque matin dans votre courriel, du lundi au vendredi.

Et si on allait voir ce qui se passe de bon dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce ! De bon… C’est une façon de parler. Ça va carré, mettons. Ça va lourd.

S’il y a certainement des rapprochements à faire entre les vues de partisans conservateurs au Canada et républicains aux États-Unis, de même qu’entre partisans libéraux et démocrates, le fossé idéologique est beaucoup moins marqué au Canada que chez les voisins du sud, laisse croire un nouveau sondage de Léger et de l’Association d’études canadiennes. Et en fait, sur quelques sujets, les conservateurs canadiens ne sont pas si loin des démocrates américains.

(Montréal) En négociation depuis des mois avec Québec pour le renouvellement de sa convention collective, la FIQ lance une campagne publicitaire qui risque de faire grincer des dents le gouvernement Legault, avec son slogan « les soins de santé sont à l’agonie ; nous sommes la solution ».

(Québec) Les députés devront tenir compte, cet automne, du fait qu’environ 20 % de la population adhère aux thèses conspirationnistes, croit le directeur du Département de science politique de l’Université Laval.

Gabriel Nadeau-Dubois n’avait pas le temps de chialer contre le gouvernement caquiste le printemps dernier. Il était occupé par des choses plus importantes, comme répondre à ceux qui appelaient à son bureau pour menacer de se suicider.

Deux semaines après cette rentrée scolaire hors norme dans les écoles primaires et secondaires, les élèves s’adaptent bien : ils portent le masque et respectent le protocole sanitaire même s’il faut souvent les rappeler à l’ordre. Mais pour les enseignants, c’est une autre histoire. Plusieurs se demandent s’ils vont tenir le coup. Pas évident de faire la classe masqué, de composer avec les absents ou de passer la « moppe » entre deux cours. Portraits.

Les autorités réglementaires ont ouvert une vaste enquête sur l’embauche de travailleurs au noir pour faire le ménage dans les CHSLD pendant la pandémie, a appris La Presse. Des dénonciations font état de migrants employés illégalement dans de nombreux établissements et payés en argent comptant, à une fraction du tarif prévu par la loi.

Les soins intensifs de l’hôpital de Gatineau ont été fermés pour la deuxième journée de suite lundi, faute de personnel. Un signe inquiétant qui démontre la gravité de la pénurie de main-d’œuvre, disent des intervenants du réseau de la santé, qui redoutent d’autant plus l’arrivée d’une deuxième vague de COVID-19.

(Ottawa) Alors qu’il doit présenter les grandes lignes de son plan de relance dans un discours du Trône le 23 septembre, le gouvernement Trudeau tient aussi mordicus à resserrer les mailles du filet social, qui a été considérablement sollicité durant la pandémie de COVID-19.

Les infirmières praticiennes spécialisées (IPS), qui pourront sous peu poser des diagnostics au Québec, ne veulent pas être inutilement limitées dans l’exercice de leur profession. Dans un mémoire obtenu par La Presse, elles demandent notamment que le droit d’évaluer les troubles mentaux soit permis pour toutes les IPS, et non pas seulement pour celles qui sont spécialisées dans ce domaine.

Je sais que cette chronique porte un drôle de titre. Essayez de le lire à voix haute. Mieux, si vous le lisez avec l’être aimé, demandez-lui de prendre un crayon, un papier, puis lisez-lui soutientechbdcoviddqepe…

L’arrondissement de Lachine a franchi une étape supplémentaire vers la fermeture définitive de son port de plaisance, lundi soir. Le conseil d’arrondissement a voté à majorité pour la résiliation du contrat du gestionnaire de la marina à compter du 30 novembre prochain.

(Vancouver) La qualité de l’air à Vancouver est parmi les pires au monde, a déclaré Environnement Canada lundi, tandis que la fumée des incendies de forêt continue de traverser la frontière des États-Unis, atteignant même certaines parties de l’Alberta.

(Fredericton) Le Parti progressiste-conservateur de Blaine Higgs a remporté son pari et a obtenu le gouvernement majoritaire qu’il réclamait au Nouveau-Brunswick. Son gouvernement devient du même coup le premier à décrocher un deuxième mandat dans la province depuis 2003.

Claude Gauthier, qui subit actuellement un procès pour gangstérisme, complot et trafic de cocaïne, est, chez les Hells Angels, le parrain de Pascal Facchino, un coaccusé qui a déjà plaidé coupable aux mêmes accusations et a été condamné à huit ans d’emprisonnement en mars dernier.

L’ex-numéro 2 de l’UPAC estime avoir été congédié par le gouvernement libéral pour des « raisons politiques » en 2017 dans la foulée de l’arrestation du député Guy Ouellette et des perquisitions au Parti libéral. Son ancien patron, Robert Lafrenière, a martelé devant la cour lundi n’avoir jamais réclamé la démission de son bras droit.

Conditions d’utilisation|
Politique de confidentialité|
Registre de publicité électorale|
Code de conduite


SOURCE: https://www.w24news.com

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]