Révélation dans Jeune Afrique: Alfred Nguini donne les noms de ceux qui ont comploté contre lui, voici les détails!

    0
    36

    Le diplomate dit en silence être victime d’un complot de trois proches de Paul Biya, président de la République du Cameroun.

    Le 12 mai 2020, Alfred Nguini l’ancien ambassadeur du Cameroun en France est rappelé à Yaoundé. Depuis lors, il ne s’est jamais prononcé contre des accusations qui pèsent contre lui. Des accusations venues en grande partie de ses anciens collaborateurs. Mais le diplomate accuse certains ministres de la force de l’expérience (Paul Biya) d’être à l’origine de ses déboires.

    « En privé, il se dit victime d’un conflit entre les réseaux de Louis-Paul Motaze, de Samuel Mvondo Ayolo et de Ferdinand Ngoh Ngoh, secrétaire général de la présidence », écrit Jeune Afrique dans un article paru ce mercredi 12 août 2020. Dans le fond, que reproche-t-on à Alfred Nguini ? En mars 2020, le ministre des Finances du Cameroun approvisionne la somme de 130 000 euros sur un compte de l’hôpital de Paris à Neuilly. Ceci, sous instruction de la présidence de la République.

    Inalgo Da Silva

    Le but de cette transaction est de s’assurer que les hypothétiques hospitalisations des cadres camerounais de l’ambassade en France pourraient être prises en charge par l’établissement de santé, alors que la pandémie de Covid-19 progressait. L’utilisation de l’argent fait des grincements de dents au sein de l’ambassade de Paris.

    D’après Jeune Afrique, cet argent aurait en effet servi à soigner une amie de l’ambassadeur de l’époque, Alfred Nguini, laquelle, effectivement gravement malade, n’était ni employée de l’ambassade, ni atteinte du coronavirus. L’ancien ambassadeur fait face à d’autres accusations au sein de ses anciens services à Paris, poursuit le journal. On reproche à celui-ci le recrutement de sa secrétaire particulière, l’ivoirienne Inalgo Da Silva.

    Mars 2019

    Elle recevait un salaire en liquide de l’ordre de 5 000 euros, couvrant le loyer d’un luxueux appartement de fonction, avoisinant les 3 000 euros. L’ex-ambassadeur aurait également loué plusieurs appartements avec les fonds de l’ambassade.

    Notamment dans les « XVIe et VIIIe arrondissement de Paris, ainsi qu’à Meudon-la-Forêt, en sus de la résidence officielle de l’ambassadeur à Saint-Maur des Fossés, qu’il n’occupait pas. Il avait résidé plusieurs mois à l’hôtel du Collectionneur après sa prise de fonction, en mars 2019 », informe Jeune Afrique.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here