Rhône. Lyon: Augustin, 17 ans, tabassé, se souvient de « flashs »

    0
    21

    « Tout a commencé quand il a vu plusieurs jeunes filles se faire harceler par une bande non loin du Monoprix de la place Bellecour » a-t-il déclaré. Il affirme s’être interposé (…). Le ton serait monté un peu plus loin, vers l’office du tourisme.

    Augustin affirme « avoir reçu un très violent coup par derrière », puis être tombé au sol, KO.

    Ensuite, c’est le trou noir. Il se rappellerait « flashs et de moments, mais pas de l’intégralité des événements qui ont suivi ».

    Les faits se seraient déroulés ce vendredi 21 août vers 23 heures, au niveau de l’arrêt de bus Bellecour-Le Viste, dans le centre-ville de Lyon. Cinq hommes auraient harcelé des jeunes femmes. Augustin, 17 ans, se serait alors interposé permettant à ces dernières de prendre la fuite. Il a ensuite été passé à tabac par les cinq hommes.

    C’est son grand frère qui le premier a révélé cette affaire et témoigné sur les réseaux sociaux, un message devenu rapidemment viral : »Un groupe de cinq racailles colorées (sic) a commencé à agresser des filles », écrit-il. « Ils l’ont fracassé gratuitement sans que personne n’intervienne. Il a plusieurs dents cassées, une fracture de la mâchoire et doit se faire opérer des cervicales. Le tout en loupant sa première rentrée d’études supérieures en septembre… ».

    Alertée dimanche soir par mail par le père d’Augustin, notre rédaction tentait de se faire confirmer l’information lorsque son frère a rédigé, à 20h15, un message viral sur Facebook. L’information nous a finalement été confirmée par plusieurs sources lundi en début d’après-midi.

    La brigade de gendarmerie de Fontaines-sur-Saône confirme qu’une plainte a été déposée par la famille du jeune homme, qui réside dans le val de Saône. La plainte a été transmise au commissariat du 2e arrondissement de Lyon. Commissariat qui n’avait pas été sollicité vendredi soir.

    Interrogé lundi par l’AFP, un responsable de la supérette présent vendredi soir a répondu n’avoir appris les faits que ce lundi, faute d’avoir vu quoi que ce soit vendredi.

    Le commissariat du 2e arrondissement de Lyon lance un appel à témoins, dans le cadre de l’agression subie par Augustin, 17 ans, place Bellecour vendredi soir, à proximité de l’Office du tourisme.

    Toute personne pouvant donner des informations sur cette agression est priée de contacter le commissariat du 2e arrondissement de Lyon.

    Commissariat de Lyon 2e : 04 78 42 26 56 (en semaine de 8h à 18 heures),

    « On aimerait que justice soit faite, a déclaré Delphine, la mère d’Augustin sur CNews ce lundi soir. Il y a une insécurité permanente à Lyon. Des personnes nous disent qu’elles n’osent plus aller dans le centre de Lyon le soir. »

    Sur le phénomène d’insécurité, elle assure que « le problème est qu’il y a de l’impunité. Ces jeunes (les agresseurs, ndlr) savent que bien souvent on ne les retrouve pas. »

    La mère de famille explique que son fils n’a pas le sentiment d’avoir fait acte de courage. « Il m’a dit que ses amis l’auraient fait aussi. Il trouvait ça normal d’intervenir. »

    Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes dont le maire du 2e arrondissement ont apporté leur soutien au jeune homme

    Horrifié par l’agression qui a eu lieu vendredi soir place #Bellecour. #Augustin est un homme courageux qui a osé dire stop à des caïds qui tentaient d’agresser un groupe de femmes. On en peut plus! Je lui souhaite un prompt rétablissement!

    L’affaire a suscité des réactions sur les réseaux sociaux, où le hashtag #JusticePourAugustin fait écho à l’affaire, et dans le milieu politique.

    « Le courage admirable du jeune Augustin mérite que la violence de ses agresseurs soit frappée lourdement » a insisté Laurent Wauquiez le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes sur les réseaux sociaux. Il parle de « bandes de sauvages ».

    Agnès Marion, la conseillère régionale du Rassemblement national, mais aussi Andréa Kotarac, l’ancien candidat du RN à la présidence de la Métropole de Lyon se sont aussi exprimés, mettant en cause « des racailles ». Ils relaient aussi la photo du jeune Augustin.

    Depuis ce dimanche, les messages de soutien au jeune homme passé à tabac se multiplient sur les réseaux sociaux. Un groupe facebook a même été créé demandant « justice pour Augustin ». Il rassemblait déjà près de 1000 membres ce lundi après-midi.

    Les milieux d’extrême-droite se sont une nouvelle fois emparés de ce fait divers. De nombreux messages racistes sont ainsi relayés à l’encontre des agresseurs du jeune homme.

    Des vidéos présumées de l’altercation ont été dévoilées lundi soir par des protagonistes se présentant comme les jeunes filles importunées. Les séquences font état de discussions vives, d’insultes et l’on entend un individu évoquer la perte d’une dent.



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here