Succession: voici l’homme chargé d’installer un autre Biya au pouvoir

    0
    0

    La Constitution en vigueur au Cameroun stipule qu’en cas de vacance de la Présidence de la République, l’intérim est assuré par le président du Senat. Et si ce dernier est à son tour empêché, il est suppléé par son premier-vice-président, actuellement Aboubakary Abdoulaye. Mais qui est-il ?

    Le débat sur la vacance du pouvoir ressurgit de temps à autre au Cameroun. Etienne Kenfack, professeur-assistant en droit public à l’université de Douala, explique que dans un Etat moderne, la vacance de la présidence de la République est la conséquence d’un fait juridique que le droit doit encadrer dans l’objectif de la préservation de l’intérêt supérieur de la nation. Les dispositions de la Constitution camerounaise qui traitent de ce cas de figure se trouvent dans l’Article 6 alinéa 4 du texte fondamental.

    Art.6. – (4) En cas de vacance de la Présidence de la République pour cause de décès, de démission ou d’empêchement définitif constaté par le Conseil constitutionnel, le scrutin pour l’élection du nouveau président de la République doit impérativement avoir lieu vingt (20) Jours au moins et cent vingt (120) jours au plus après l’ouverture de la vacance.
    a) L’intérim du président de la République est exercé de plein droit, jusqu’à l’élection du nouveau président de la République, par le président du Sénat. Et si ce dernier est, à son tour empêché, par son suppléant suivant l’ordre de préséance du Sénat.

    b) Le président de la République par intérim – le président du Sénat ou son suppléant – ne peut modifier ni la Constitution, ni la composition du Gouvernement. Il ne peut recourir au référendum. Il ne peut être candidat à l’élection organisée pour la Présidence de la République.

    c) Toutefois, en cas de nécessité liée à l’organisation de l’élection présidentielle le Président de la République par intérim peut, après consultation du Conseil constitutionnel, modifier la composition du Gouvernement.

    En imaginant un cas de vacance de la présidence de la République, le premier vice-président du Sénat pourrait être amené à jouer un rôle central dans la vie politique camerounaise. D’ailleurs, depuis les multiples cas d’empêchement du président du Senat, Marcel Niat Njifenji, indisponible pour cause de maladie, c’est le premier vice-président Aboubakary Abdoulaye, 56 ans, qui convoque et préside généralement les sessions de la Chambre haute.

    Le très discret vice-président du Sénat camerounais est un administrateur civil principal de formation. Avant de prendre en 2006 les rênes du lamidat de Rey-Bouba (36 000 km2), il était secrétaire d’Etat à l’agriculture. Le président du conseil d’administration de la Mission d’aménagement et d’entretien des terrains urbains et ruraux (Maetur), toujours vêtu de son turban, est présenté comme un «roi sans visage».

    Puissant et redouté, le sultan de Rey-Bouba soigne avec zèle ses liens avec le pouvoir de Yaoundé, dont il est à la fois un relais auprès de la population et un soutien quasi indéfectible.

    Abonnez-vous gratuitement et soyez le premier à liker et à partager:

    Je m’abonne gratuitement pour rester informé!!!

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    Laisser un commentaire

    Téléchargez notre application Android



    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here