Supposée mort de Biya: Jean Michel Nintcheu passe à la vitesse supérieure voici les details

    0
    59

    Ce samedi 4 avril, le député SDF de Wouri est vert de colère, a affirmé que le président Paul Biya doit être déclaré inapte à gouverner. Une sortie qu’il justifie par un silence mortuaire présenté par le chef de l’État depuis le début de la crise sanitaire du COVID-19.

    En effet, ce vendredi 3 mars en fin de soirée comme en son habitude, le ministre de la santé camerounaise a annoncé que le pays a dépassé la barre des 500 cas testés positifs. Pour être plus précis, il s’agit au total de 509 cas, avec 203 cas enregistrés en une seule journée.

    Une situation d’urgence qui a d’ailleurs poussé le leader Maurice KAMTO du MRC, a donné un ultimatum de 7 jours au président Paul Biya, pour prendre ses responsabilités en tant que capitaine du bateau Cameroun le 24 mars dernier. Un ultimatum qui a donné lieu au lancement du projet CAMEROON SURVIVAL INTIATIVE.

    Le président de la république Paul BIYA n’a fait aucune sortie officielle depuis le début de cette pandémie. Il communique (à en croire ses collaborateurs) uniquement par le biais du premier ministre et celui de santé. Une conférence ministérielle par télétravail, a d’ailleurs récemment été dirigée par le premier ministre Dion Nguté, à l’issue de laquelle les 13 mesures de lutte contre la propagation de ce virus, ont été reconduites pour 15 autres jours.

    Plusieurs hommes politiques, de la société civile et des médias, s’indignent face à ce silence étonnant du président de la république. Ce qui a d’ailleurs fait naître une rumeur selon laquelle il serait décédé.

    La France propose une élection présidentielle anticipée au Cameroun

    Après avoir exploré toutes les pistes possibles notamment un coup d’Etat à la togolaise qui a permis de mettre Faure Eyadema le fils de feu le Président Eyadema au pouvoir en 2005, ensuite une vacance sous contrôle, mais dirigée par NIAT Njifendji comme le préconise la constitution, il est apparu que ces deux stratégies ne permettraient d’assurer une union des Rdpcistes et autres pontes du régime autour de la candidature de Franck Biya.

    Des défections, dissidences et autres oppositions peuvent surgir et faire capoter le plan dès que la démission, l’incapacité permanente ou totale de Paul Biya serait acté avant la tenue de l’election presidentielle.

    Selon les sources du Tgv de l’info, les conseillers français du quai d’Orsay en visio conférence avec le cercle très fermé d’Etoudi ce jour, ont conseillé plutôt l’organisation d’une élection présidentielle anticipée qui n’entrenerait pas officiellement et dans l’opinion la démission prealable de Paul Biya.

    Étant entendu que personne, faute de certitude officielle sur l’incapacité de Paul Biya à gouverner ne pourrait prendre le risque d’une dissidence. Ce d’autant plus qu’il restera dans les esprits la possibilité d’invalidation de cette nouvelle èlection et le maintien de Paul Biya au pouvoir.

    Il s’agit dès lors de maintenir dans l’opinion que Paul Biya est encore là, mais entend lui-même passer le pouvoir à son successeur.

    L’avantage ici est que ce Paul Biya que personne ne verra, mais maintenu par le doute et l’incertitude du fait de l’absence de preuve de son incapacité à gouverner, sera vu comme l’organisateur dès électeurs, même si en réalité ce ne sera pas lui.

    Les élections se tiendront donc comme celles du 07 octobre 2018.
    Franck Biya jouissant auprès de l’opinion et du Rdpc de l’onction de Paul Biya qui serait alors là et pourrait revenir à tout moment.

    Les camerounais doivent donc s’attendre à un communiqué de la présidence de la République annonçant une élection anticipée, une réunion du bureau politique du Rdpc convoquée par consultation ecrite de ses membres et qui va designer Franck Biya comme le candidat du Rdpc à cette élection.

    La voie du congrès du Rdpc avec des milliers de participants n’est pas envisageable du fait des candidatures concurrentes qui pourraient s’annoncer.
    Elecam et le conseil constitutionnel, dans le doute et l’incertitude ne prendront aucun risque pour s’opposer au fils, alors qu’il reste une probabilité que le père est là et pourra même annuler cette election si elle ne correspond pas à son plan de succession par son fils.

    L’enjeu est donc de maintenir ce Paul Biya dans les esprits comme étant présent et actif, même si on ne le verra pas jusqu’à la fin de l’élection présidentielle. Il sera comme un avatar ou un épouvantail dont personne nd saura exactement s’il est là ou pas.


    SOURCE: https://www.w24news.com/supposee-mort-de-biya-jean-michel-nintcheu-passe-a-la-vitesse-superieure-voici-les-details/?remotepost=148766

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here