Voici pourquoi Des officiels Camerounais bientôt interdits de séjour en Europe

    0
    14

    A la suite des États Unis qui ont déjà établi une liste de plusieurs hauts responsables Camerounais ( membres du gouvernement et officiers de l’armée) interdits de fouler le sol américain, plusieurs États européens de leur côté travaillent actuellement à l’établissement d’une liste d’interdiction de séjour.

    Selon des sources diplomatiques proches du dossier, il s’agit là des premières mesures de rétorsion contre les massacres en cours dans la zone anglophone et les violations des droits de l’homme au Cameroun.

    Certains membres du gouvernement notamment le ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji aurait déjà fait l’objet de cette interdiction de visa. Les Etats Unis lui auraient refusé un visa devant lui permettre de faire un court séjour au ‘pays de l’Oncle Sam’ où vit une partie de sa famille.
    En effet plusieurs voix se sont élevées pour condamner l’assassinat de civils dans les deux zones anglophones du Cameroun dans le cadre des affrontements entre l’armée et les sécessionnistes de l’Ambazonie. Le 14 février dernier, le cas du village de Ngarbuh (Nord-ouest) a choqué l’opinion nationale et internationale avec des corps de femmes et enfants totalement calcinés. Plusieurs organisations non gouvernementales ont pointé du doigt la responsabilité de l’armée camerounaise. Mais sur le terrain, les civils disent ne pas être en mesure d’identifier les auteurs du massacre. L’ONU, par la voix du porte-parole d’Antonio Guterres a exigé une enquête internationale en vue de déterminer les vrais auteurs et éventuellement les traduire devant les instances.

    La dernière sortie du président français Emmanule Macron ne vient pas arranger les choses. Interpellé ce 22 février 2020 par un activiste camerounais, le chef d’Etat français a épuisé, en moins de cinq minutes d’échanges avec son interlocuteur, le dictionnaire de l’humiliation à l’endroit de son homologue camerounais.

    L’objet de cet échange. La crise qui, dans les régions camerounaises du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, souille la terre du Cameroun du sang de ses filles et fils depuis beaucoup trop longtemps. Il s’agit d’un «génocide», puisque le chef de l’Etat français entérine, par son silence et son attitude, cette qualification faite par son interlocuteur de cette innommable guerre où le frère tue le frère.

    Prisonniers d’opinion

    «Vous savez mon engagement sur ce sujet. J’ai mis la pression sur Paul Biya pour que d’abord il traite le sujet de la zone anglophone et ses opposants», commence le dirigeant français. Qui poursuit : «Je lui (le Président Paul Biya, ndlr) avais dit : je ne veux pas qu’on se voit à Lyon tant que Kamto n’est pas libéré. Il a été libéré parce qu’on a mis la pression. La situation est train de de se dégrader de nouveau. Je vais appeler le Président Biya la semaine prochaine et on mettra le maximum de pression pour que cette situation cesse. Je suis totalement au courant et impliqué sur les violences qui se passent au Cameroun et qui sont intolérables».

    Son interlocuteur affirme qu’il y a des prisonniers d’opinion au Cameroun. Emmanuel Macron fait immédiatement chercher et venir un de ses collaborateurs pour prendre les noms de ces prisonniers.

    Le Président Paul Biya, qui selon Emmanuel Macron a coutume de céder à de telles « pressions », a dû en prendre bonne note, en attendant que ces injonctions lui soient officiellement dictées lors de l’appel téléphonique que son homologue et prescripteur français lui passera la semaine prochaine.


    SOURCE : https://www.w24news.com/voici-pourquoi-des-officiels-camerounais-bientot-interdits-de-sejour-en-europe/?remotepost=73004

    QU’EN PENSEZ-VOUS?

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    [gs-fb-comments]

    [comment-form]

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]