World news – Foodwatch épingle les produits à l’emballage rempli de rien

0
4

Camille Dorioz, responsable de campagne chez Foodwatch, a passé son mois d’août à agiter les boîtes de quinoa et pots d’herbes séchées dans les rayons des supermarchés. « Quand l’emballage est transparent, vous pouvez facilement évaluer la quantité de produit dans le paquet », explique-t-il. Il voulait vérifier, sur le terrain, que les messages des consommateurs reçus au cours des derniers mois disaient vrai. Et il n’a pas été déçu.

Ses observations donnent lieu à la nouvelle campagne de Foodwatch, baptisée « Plein de vide », qui dénonce la fâcheuse tendance des industriels à vendre leurs produits dans des emballages surdimensionnés, remplis de… rien. Le pot de basilic Monoprix ? 35 % de vide. Les steaks de soja Sojasun ? 34 % de vide. La pratique n’est pas nouvelle mais, en cette rentrée, Foodwatch a

Il doit y avoir des formats standard, ne serait-ce qu’au niveau du rangement en rayon. Le tapioca c’est dans une boite sans vide, ça peut se faire. Si l’installation emballe quantité de choses, y a peut-être du compact et du volumineux, ils ne veulent pas changer (qui peut le plus peut le moins) mais ça fait du carton inutile. A noter que ça ne joue pas toujours sur le prix, j’avais regardé, par curiosité, les pailles d’Or en paquet familial(8 étuis), partout, c’est plus cher que deux fois le prix du paquet normal(4 étuis), mais ça économise le carton commun aux deux paquets qui sont fusionnés. Sans doute ‘marketing’ de faire croire que familial, quantité = moins cher, hélas faux. Si : ça économise de l’emballage, il faut donc payer cet effort ! (?? écolo = coûteux)
Le vrac a de l’avenir !

Facile pourtant d’acheter du quinoa en vrac, même en supermarché, en utilisant plusieurs fois le même sachet.


SOURCE: https://www.w24news.com

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]