World news – FR – Intempéries dans le Gard: l’alerte rouge levée, deux personnes recherchées

0
12

EN IMAGES – Une femme de 64 ans emportée par les eaux et un homme pratiquant le trail n’ont toujours pas été retrouvés. Des centaines de personnes ont été mises en sécurité.

Des pluies diluviennes se sont abattues samedi 19 septembre dans les Cévennes et une automobiliste et un homme pratiquant le trail sont toujours portés disparus dans le Gard. Contrairement à une information qui a circulé lundi, ce dernier n’a pas été retrouvé. L’alerte rouge dans ce département a été levée dimanche matin et des centaines de personnes ont du être mises en sécurité.

Plusieurs communes ont subi de gros dégâts, dont Anduze et Saint-Jean-du-Gard ou Valleraugue. Mais aucun blessé n’est à dénombrer.

En raison des intempéries, le réseau de distribution d’eau a été affecté et de l’eau potable a été acheminée dimanche par des véhicules 4×4 vers Valleraugue et Saint-André de Majencoules, ont précisé la sécurité civile et la préfecture.

Anduze a subi le contrecoup «des précipitations extrêmement importantes» qui se sont abattues sur le massif des Cévennes, et «la propagation de l’onde de crues» a fait monter les eaux du Gardon de six mètres en deux heures dans cette localité de 3400 habitants, ont expliqué les autorités.

Les trombes d’eau ont conduit à la coupure de plus d’une dizaine de routes départementales dans le Gard, dont celle passant dans la commune de Pont-d’Hérault, où se sont accumulés 350 millimètres de pluie, rendant inaccessible le village du Vigan.

Dans ce secteur, une automobiliste de 64 ans est toujours portée disparue. Les chances de la retrouver vivante sont très faibles, a indiqué dimanche à l’AFP le préfet du Gard Didier Lauga, mais les recherches se poursuivent. «Plus le temps passe plus on est pessimiste quant à sa survie. Il faudrait un miracle pour qu’on la retrouve vivante maintenant», a-t-il déclaré. «Nous avons localisé son véhicule plusieurs kilomètres en aval du point où il avait été emporté par les eaux. Les opérations de recherche continuent. Au sol, avec le personnel spécialisé dans le sauvetage en eaux vives, des équipes cynotechniques, et également par vecteur aérien avec des hélicoptères de la sécurité civile», a indiqué à l’AFPTV, le capitaine Ludovic Billa, chargé de communication des pompiers du Gard. L’aide-soignante aurait été vue pour la dernière fois à bord de sa voiture à proximité de la localité de Pont-de-l’Hérault.

Environ 650 personnels, pompiers et militaires de la sécurité civile ainsi que des hélicoptères ont été mobilisés. Plus de 400 personnes ont été mises en sécurité sur la commune de Valleraugue (200) et dans le secteur Saint-Jean-du Gard (220), selon la préfecture. Elles ont depuis pu regagner leurs domiciles et les centres d’accueil ferment, selon les autorités.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili ont annoncé qu’ils se rendraient dimanche après-midi dans le Gard. Un boulanger d’Anduze a reconnu dimanche penser «que ce serait pire».

Selon notre partenaire La chaîne météo*, ce dimanche l’épisode cévenol se termine mais en revanche, la Provence Côte d’Azur est balayée par cette dégradation sous la forme de brèves mais puissantes averses orageuses qui touche les Bouches-du-Rhône, le Var et les Alpes-Maritimes.

Sur Twitter, Adrien Quatennens, député la France insoumise, a exprimé sa solidarité avec les sinistrés et pointé du doigt le changement climatique :

Les vues des rivières à sec cet été qui ressemblent plus à des chemins de randonnées ,c’est une catastrophe !Recreuser les lits de ces rivières ça ne vient à l’idée de personne ? Creuser des canaux de dérivation et ainsi faire de la prévention ,ce n’est pas possible ? Pourquoi les assurances ne sont -elles pas associées à ces travaux ,elles économiseraient beaucoup d’argent en indemnisations ! Et surtout toutes constructions avec 40 à 70 cm hors sol ,c’est un minimum .Les maisons ne sont pas des pots de fleurs qu’on arrosent chaque année ,tas d’irresponsables !

Les vues des rivières à sec cet été qui ressemblent plus à des chemins de randonnées ,c’est une catastrophe !Recreuser les lits de ces rivières ça ne vient à l’idée de personne ? Creuser des canaux de dérivation et ainsi faire de la prévention ,ce n’est pas possible ? Pourquoi les assurances ne sont -elles pas associées à ces travaux ,elles économiseraient beaucoup d’argent en indemnisations ! Et surtout toutes constructions avec 40 à 70 cm hors sol ,c’est un minimum .Les maisons ne sont pas des pots de fleurs qu’on arrosent chaque année ,tas d’irresponsables !


SOURCE: https://www.w24news.com

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici: EBENE MEDIA TV

Vidéo du jour:

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]