World news – FR – Musique en direct : la Sacem signe un accord avec la plateforme Twitch

0
6

L’accord va permettre aux artistes de percevoir une rémunération s’ils se produisent en direct sur le site d’Amazon.

C’est une annonce attendue de longue date par les créateurs de contenus opérant sur Twitch, la plateforme de diffusion de vidéos en direct d’Amazon. Ce mardi, Twitch et la Sacem ont annoncé la signature d’un accord «permettant de rémunérer les droits aux auteurs, compositeurs et éditeurs membres de la Sacem lorsque leur musique est partagée ou diffusée en livestream» sur la plateforme. L’objectif est double : assurer une rémunération aux artistes décidant de se produire en direct sur Twitch, et leur permettre de percevoir des droits d’auteur si les oeuvres ont diffusé par un tiers sur la plateforme.

La pratique des concerts en direct s’est développée durant le confinement. Avec la fermeture des salles, les artistes, DJ et humoristes se sont tournés vers les réseaux sociaux pour garder le lien avec leur public. Fin mai, la Sacem a conçu un dispositif d’urgence pour rétribuer ses sociétaires qui se sont produits gratuitement et en direct sur Facebook, Instagram ou YouTube. Elle se compose d’une rémunération fixe (10 euros pour un titre, 46,65 euros pour une prestation de moins de 20 minutes, 76 euros au-delà), auquel s’ajoute 0,001 euro par visionnage. L’artiste doit dépasser les 1000 vues pour prétendre à cette rémunération, et déclarer ses livestreams auprès de la Sacem.

Ce montant versé aux auteurs et compositeurs provient de la licence payée par Facebook et Google pour encadrer la diffusion de musique issu du répertoire Sacem sur leurs plateformes.

Après le déconfinement, la Sacem a souhaité pérenniser ce dispositif et l’étendre à d’autres réseaux sociaux. C’est le cas de Twitch, «avec qui nous discutons depuis cet été», explique un porte-parole. Désormais, les artistes seront assurés de percevoir des droits de la part de la Sacem s’ils décident de se produire en direct sur ce site. À l’avenir, ils n’auront plus besoin de déclarer ces livestreams : «Twitch et la Sacem développeront ensemble des applications informatiques visant à simplifier et optimiser l’identification et le reporting des oeuvres diffusées», indique la Sacem.

L’accord assure aussi aux sociétaires de la Sacem que leurs droits d’auteur seront protégés si un créateur de contenu de Twitch utilise leurs oeuvres dans une de ses vidéos. Mais les conséquences concrètes pour les streamers ne sont pas encore connues. Pourront-ils piocher à loisir dans le catalogue Sacem sans être inquiétés ? Devront-ils, comme sur YouTube, renoncer aux revenus publicitaires des vidéos concernées, revenus qui seront reversés aux artistes ? Le Figaro a contacté la Sacem et Twitch pour éclaircir ces points. L’article sera mis à jour avec leurs réponses.

Il n’y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !


SOURCE: https://www.w24news.com

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]