World news – Pour sauver leur « grande amitié », ces deux autrices ont suivi une thérapie. Elles nous racontent

0
20

On cherche partout des baromètres pour nos amitiés, des détails qui nous permettent de dire à un moment donné, si oui ou non, tout va bien. C’est une private joke lâchée au pif pour vérifier que l’autre la trouve toujours drôle, un souvenir en commun qu’on commence à raconter en attendant qu’il ou elle prenne le relais. Aminatou Sow (autrice, conférencière et spécialiste du numérique) et Ann Friedman (journaliste) viennent de publier « Big Friendship : How We Keep Each Other Close » (Simon & Schuster, Etats-Unis).

Le récit s’ouvre sur un week-end dans un spa californien, 5 ans après leur rencontre. Cela fait plusieurs mois qu’elles sentent bien que quelque chose cloche : « Au moment d’aller prendre un bain de boue, on était gênées de se déshabiller l’une en face de l’autre. Ça, c’était une première. » Sur le chemin du retour, l’une mentionne pour la première fois à l’autre le nom d’un homme avec qui elle sort depuis plusieurs mois.

Un fossé est en train de se créer entre les deux amies, par ailleurs associées (elles animent le célèbre podcast « Call Your Girlfriend » depuis 2014). Fossé qui s’explique entre autres par le fait que leur amitié est une amitié à distance (Aminatou Sow vit à Brooklyn, Ann Friedman à Los Angeles), par la rapidité avec laquelle elles se sont mises à travailler ensemble, par des processus complexes d’autocensure mais aussi par ce que la linguiste Deborah Tannen appelle « le narratif de la similarité ». Concept selon lequel les femmes en particulier cré


SOURCE: https://www.w24news.com

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]