Le titre réécrit en français serait : ‘Augmentation de 10% des importations de riz au Cameroun, atteignant 845 000 tonnes en 2022’

0

Les importations de riz au Cameroun augmentent de 10% pour atteindre 845 000 tonnes en 2022

Le Cameroun a importé 845 000 tonnes de riz l’année dernière, soit une augmentation de 10% par rapport à l’année précédente, selon un rapport du Comité de compétitivité du ministère de l’Économie. Cette hausse témoigne du déficit de production locale de cette céréale, qui ne parvient pas à répondre à la demande nationale croissante. En 2020, le pays a produit seulement 140 170 tonnes de riz, alors que la demande était estimée à 576 949 tonnes, créant ainsi un écart de 436 779 tonnes.

1 tableau

Les actions à mener pour accroître la production de riz au Cameroun

Pour réduire sa dépendance aux importations de riz, le Cameroun doit augmenter sa production nationale. Le rapport du Comité de compétitivité recommande plusieurs actions, notamment l’augmentation des superficies cultivées, le renforcement des compétences techniques des acteurs et le développement des capacités technologiques. L’aménagement des espaces rizicoles est également essentiel, représentant près de 38,5% du coût de production du riz paddy. De plus, il est nécessaire de former les producteurs et les jeunes aux meilleures pratiques de production.

Ces mesures permettraient au Cameroun d’améliorer ses rendements et de réaliser son objectif de produire 750 000 tonnes de riz d’ici 2030, afin d’atteindre un taux d’autosuffisance de 97%. Le pays continuera néanmoins d’importer du riz pour combler son déficit en attendant.

Une taxation minimale sur les importations de riz

Depuis les émeutes de la faim en 2008, les importations de riz par les commerçants camerounais ont été exonérées de taxes. Cependant, à partir de 2016, une taxe douanière réduite de 5% a été mise en place. Cette mesure vise à soutenir la production locale de riz en rendant les importations moins compétitives sur le marché.

En conclusion, le Cameroun doit prendre des mesures concrètes pour augmenter sa production de riz et réduire sa dépendance aux importations. Cela nécessite des investissements dans l’aménagement des espaces rizicoles, la formation des acteurs et le renforcement des capacités techniques. En atteignant ses objectifs de production, le pays pourra améliorer sa sécurité alimentaire et stimuler son économie agricole.

Mots-clés: Riz, importations, Cameroun, production locale, superficies cultivées, compétences techniques, capacités technologiques, autosuffisance, taxation, sécurité alimentaire.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire