Home Société URGENT : Paul Atanga Nji trainé en justice
Société

URGENT : Paul Atanga Nji trainé en justice

Dans le cadre des récentes convocations judiciaires au Cameroun, après le Président de la République Paul Biya et le Secrétaire Général de la Présidence de la République Ferdinand Ngoh Ngoh, dont les audiences sont programmées pour le 25 avril prochain au Tribunal de Grande Instance (TGI) du Mfoundi, et après Éric Essousse, Directeur Général d’Elecam, dont l’audience est prévue au Tribunal de Première Instance (TPI) du Centre administratif le 23 avril 2024, c’est désormais au Ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji, de faire face à une citation directe. Cette action en justice est initiée par l’honorable Jean Michel Nintcheu, également président du parti politique Front pour le Changement du Cameroun (FCC).

L’initiative, menée par l’avocat Me Meli et exécutée par un huissier, vise à convoquer Paul Atanga Nji devant le TPI du centre administratif. Pour éclairer les motifs de cette démarche, un extrait du document juridique associé est fourni ci-dessous :

« Considérant que, selon le droit camerounais en vigueur, aucune disposition légale n’empêche les partis politiques de former une coalition et de combiner leurs efforts pour atteindre des objectifs communs, dans le but de participer à l’expression du suffrage populaire, conformément à leur mission constitutionnelle ; Que dans le cadre de cette alliance, les partis peuvent agir de manière individuelle ou collective, et de façon solidaire, afin de contrer tout préjudice potentiel à l’encontre de la coalition ;

Qu’en vue de l’élection présidentielle de 2025, le FCC a lancé une initiative visant à rassembler autour du Président National du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), une coalition composée d’entités morales et d’individus, unis par l’objectif commun d’instaurer un changement politique à la tête de l’État du Cameroun. EN CONSÉQUENCE À la demande du Ministère Public

  • Convoquer le susnommé devant le tribunal ;
  • L’interroger sur les accusations portées contre lui et procéder à toutes les mesures d’instruction nécessaires ;
  • Le déclarer coupable des faits d’abus de fonction et de contrainte envers un fonctionnaire, tels que définis et sanctionnés par le code pénal dans ses articles 74, 140 et 160 ; Le condamner à la peine appropriée ;
  • Le condamner à verser des dommages et intérêts au plaignant, qui se constitue partie civile, d’un montant qui sera précisé ultérieurement ;
  • Le condamner en outre au paiement intégral des dépens. »

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Images fixes du 29 mai 2024

Images fixes du 29 mai 2024 #Images #fixes #mai

Afrique du Sud : plus de 27 millions d’électeurs aux urnes, l’ANC dans la tourmente

Cyril Ramaphose, Président d’Afrique du Sud Plus de 23 000 bureaux de vote...

Au Cameroun, André Onana entre enfin en scène

Les scènes des altercations hier mardi 28 mai au siège de la...

[quads id=1]