30 C
Yaounde, cm
dimanche, mars 29, 2020
Home Tags Guinée

Tag: guinée

Après les acteurs politiques et sociaux locaux, ce sont les pays étrangers et les partenaires de la Guinée qui dénoncent la mascarade électorale du dimanche dernier, 22 mars 2020. Voulant imposer une nouvelle constitution qui lui permettrait de briguer un troisième mandat, le régime Alpha Condé a déployé d’impressionnantes forces, y compris des militaires armés, pour réprimer ceux qui tiennent à défendre la Constitution et le principe d’alternance en Guinée.

Après la fin de la crise actuelle, l’un des nombreux défis auxquels la Guinée sera confrontée sera inévitablement celui du renouvellement de la classe politique. C’est en cela que la remise en cause de la constitution écrite avec le sang des martyrs de la démocratie est une aubaine. Cette remise en cause est une occasion pour faire le tri entre ceux qui ont choisi la Patrie et ceux qui ont privilégié leurs intérêts personnels. Les promoteurs de la nouvelle constitution sont de cette deuxième catégorie. Ils sont majoritairement des militants de la 25ème heure dont le seul objectif est de se remplir les poches.

Les audiences sont suspendues jusqu’à nouvel ordre dans toutes les juridictions de la Guinée. C’est le ministère de la Justice qui l’a annoncé à travers un communiqué publié ce mercredi, 25 mars 2020. Le département justifie cette décision par la crise sanitaire mondiale liée au Coronavirus.

Malgré la gravité de la pandémie du Coronavirus qui focalise de nos jours les attentions du monde entier, la France s’est donnée le temps de réagir au très contesté double scrutin qui s’est déroulé en Guinée le dimanche dernier, 22 mars 2020. Par des mots diplomatiques, les autorités françaises ont dénoncé les exactions des forces de défense et de sécurité « excédant la simple sécurisation du processus », avant de juger ces élections non crédibles.

Guinée : les acquis de la démocratisation de 2010 remis en cause (FIDH) Communiqué : Comme redouté, le référendum constitutionnel et les élections législatives du 22 mars ont donné lieu à de nouvelles violences. Au moins 10 personnes ont été tuées par des forces de l’ordre et forces armées, qui ont une nouvelle fois tiré à balles réelles contre les manifestants, des bureaux de votes ont été saccagés et des personnes souhaitant se rendre aux urnes agressées. Alors que les militaires ont joué un rôle central dans ce double scrutin entaché de graves irrégularités, boycotté par l’opposition et dénoncé à l’avance par les organisations régionales et internationales, nos organisations demandent à ce que les militaires restent cantonnés dans leurs casernes, et que des enquêtes judiciaires soient systématiquement diligentées, afin de poursuivre et sanctionner les auteurs de ces violences.

Comme redouté, le référendum constitutionnel et les élections législatives du 22 mars ont donné lieu à de nouvelles violences. Au moins 10 personnes ont été tuées par des forces de l’ordre et forces armées, qui ont une nouvelle fois tiré à balles réelles contre les manifestants, des bureaux de votes ont été saccagés et des personnes souhaitant se rendre aux urnes agressées.

Selon le Front national pour la défense de la constitution, depuis le vote du dimanche dernier, 22 mars 2020, il y aurait eu « au moins 11 morts. Des Guinéens qui auraient été liquidés de sang-froid par ceux-là mêmes qui sont censés les protéger. Et paradoxalement, sous le règne d’un civil. Et de surcroît élu par les mêmes victimes. Même si on nous rétorquera que ce sont des opposants qui sont tués. Mais, à partir du moment où un chef d’Etat est installé dans ses fonctions, tous les citoyens sont égaux devant lui.

Communiqué : Fidèle à sa démarche cynique et immorale, le pouvoir mafieux de M. Alpha Condé cherche à faire disparaître les preuves des nombreux assassinats des membres du FNDC par les unités d’élite de l’armée notamment le Bataillon Spécial de Conakry (BSC), Bataillon de Sécurité Présidentielle (BSP), Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées (BATA) et Force Spéciale (FS).

Alors que la Guinée vient d’enregistrer deux nouveaux cas de Coronavirus, les autorités du pays semblent enfin prendre la situation au sérieux. C’est ainsi qu’il a été décidé de fermer l’aéroport international de Conakry Gbessia, à compter de ce lundi, 23 mars 2020, jusqu’à nouvel ordre.

Dans un communiqué publié dans la matinée de ce lundi, 23 mars 2020, le Front national pour la défense de la Constitution déplore la mort de onze (11) personnes (9 à Conakry, un à Mamou et un autre à N’zérékoré), tuées hier, dimanche 22 mars 2020, lors du très contesté scrutin législatif et référendaire. Mais, le plus surprenant, selon les défenseurs de la Constitution, est le refus des autorités guinéennes des corps de ces victimes dans les morgues des hôpitaux publics.

Les plus lus en ce moment

Remède du coronavirus au Burkina-Faso : Apivirine de Valentin Agon testé avec succès

L’industrie pharmaceutique de phytomédicaments et de médicaments génériques, API-Bénin international, dispose d’un médicament qui subit un essai clinique afin de déterminer s’il est capable de mettre fin à l’hégémonie de la pandémie du coronavirus. A travers une lettre adressée au ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique du Burkina-Faso, Alkassoum Maiga, le Directeur […]

Coronavirus : La presse américaine rend hommage au Prophète Mohammed ﷺ

Le célèbre hebdomadaire américain Newsweek, a consacré un article au Prophète de l’Islam ﷺ mettant à l’honneur les mesures d’hygiène et les conseils prophétiques qu’il ﷺ a transmis à l’humanité en cas de pandémie il y a plus de 1400 ans. « La pandémie de COVID-19 oblige les gouvernements et les sources d’information à fournir […]

Coronavirus : Voici la température à laquelle le virus est détruit

Le virus perdrait son pouvoir infectieux à partir d’une certaine température, selon des experts. À quelle température laver sa vaisselle pour éliminer le virus...

Etoudi: Voici la réaction de Paul Biya à l’annonce de sa mort sur les...

Le Cameroun Concord News Group est d'avis que la nouvelle de la mort de Paul Biya est de nouveau largement exagérée. D'après nos informations,...

ALERTE : Paul Eric Kingue déballe ses sales coups préparés avec Maurice Kamto voici...

La dernière déclaration du président du MRC, Maurice Kamto passe mal dans l’opinion publique camerounaise. En dehors de quelques militants de son parti qui...