Voici Les vérités de Albert Dzongang sur Biya, Ekindi, Owona

0

L’homme politique, Albert Dzongang, conseiller de l’opposant Maurice Kamto et ancien député RDPC, parti politique au pouvoir, a saisi l’occasion de son passage à l’émission dominicale « La vérité en face » du dimanche 13 janvier 2020 à Equinoxe Télévision pour raconter tantôt avec sarcasmes, tantôt avec compliments, sa riche expérience de la vie politique au Cameroun.

Morceaux choisis de ses propos.

« Pour les élections municipales de 1987, Grégoire Owona s’est mis à genou à minuit devant moi pour que je le mette dans ma liste, pour qu’il soit conseiller municipal »

« Après l’élection présidentielle de 92, lorsque nous avons eu les vrais chiffres en faveur de Fru Ndi, on a réagi en se disant que c’est dans l’eau. Et même le président Biya s’est dit que c’était perdu. Mais, on a repris la main grâce à l’absence de volonté de changement collectif qui bénéficie au sortant. Ni Bouba Bello, ni Ndam Njoya, ni Ekindi, n’ont accordé un moindre soutien à Fru Ndi. Au contraire, ils ont dit que ça serait une catastrophe, s’il devenait président. Donc, c’était des opposants qui luttaient chacun pour son ventre. Et voilà comment Monsieur Biya a récupéré sa chose. Et depuis ce jour, il a pris des dispositions pour ne plus perdre le pouvoir »

« Vous ne pouvez pas former une équipe avec Jean Jacques Ekindi. Même si vous décidez de quelque chose maintenant, la nuit, il va faire ce qu’il veut. Et vous n’aurez que vos yeux pour pleurer »

« Jean Jacques Ekindi qui se disait chasseur de loin, même en terme de chasse, il ne peut pas arrêter un rat »

« Paul Biya est un démon incarné. Ce n’est pas une insulte. Si monsieur Biya ne s’est jamais attendri même sur la perte de ses proches, comment voulez-vous qu’il soit préoccupé par les morts dans les Régions anglophones »

« Maitre Jean de Dieu Momo a un problème congénital et un problème existentiel »

« Ndam Njoya veut faire croire qu’il est l’incarnation de l’éthique au Cameroun. Je lui dis non, il est l’incarnation de la perte de moral au Cameroun »

Alors surveillant général au CES d’Akonolinga, « Le préfet que nous avons invité à une réception, m’a giflé, et j’ai répondu (en le giflant aussi, ndlr) parce qu’il voulait que sa garde, constituée de gardiens de prison, aille se servir au buffet avant les enseignants »

« Quand vous parlez de tribalisme aujourd’hui, ça m’amuse… Je suis quelqu’un qui a toujours bénéficié de la générosité de ceux qui ne sont pas de ma tribu »

« Le FCFA, ce n’est rien du tout, c’est un chiffon, qui ne représente rien du tout. C’est comme si on te donne de l’argent et on te dit que tu ne peux acheter qu’au marché Bandjoun et, si tu arrives à Baham, ça ne vaut plus la peine. Donc, ceux qui disent qu’ils ont garanti notre argent, nous trompent. Nous n’avons pas d’argent »


SOURCE : {« code »: »internal_server_error », »message »: »

Une erreur critique est survenue sur votre site.<\/p>

En apprendre plus sur le d\u00e9bogage de WordPress.<\/a><\/p>« , »data »:{« status »:500}, »additional_errors »:[]}

Les plus populaires en ce moment

PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here